SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 February 2023, Thursday |

Farid Haykal Al-Khazen : les chrétiens sont comme les musulmans

Le représentant Farid Haykal Al-Khazen a publié une déclaration en réponse à la déclaration du Mouvement patriotique libre à Kesrouan Al-Fotouh, et il a été déclaré :

« Je ne vous répondrai pas, mais à celui qui vous a chargé de répondre.

Au cours de notre présence sur cette terre il y a six cents ans, nous avons construit des églises, des monastères et des fondations caritatives, et notre mission était d’enraciner la présence chrétienne sur cette terre et de préserver le Liban et le Patriarcat maronite.

Nous n’avons pas démoli les églises, nous n’avons pas non plus participé à la corruption, au gaspillage de l’argent public, à l’électricité, aux barrages, aux navires et à d’innombrables transactions, et nous n’avons même pas embauché un seul employé dans l’État libanais.

Si le féodalisme est de se tenir aux côtés des gens et de supporter leurs préoccupations et de répondre à leurs besoins en matière de vie, d’humain et de service, « et si le féodalisme est de sacrifier votre gagne-pain et votre argent privé que vous gagnez à la sueur de votre front afin de rester capable de pratiquez les affaires publiques selon la culture dans laquelle vous avez été élevé, qui est l’abnégation pour le bien des gens de la région. » Je suis honoré par la médaille que vous avez accrochée sur ma poitrine depuis l’an 88, et que depuis lors J’ai découvert l’étendue de votre égarement, il y a plus de 30 ans, alors que la plupart des forces qui s’opposent à vous aujourd’hui étaient de votre côté hier.

Je vous demande qui vous a chargé de parler au nom des chrétiens, même si vous étiez 20 des 64 députés chrétiens.

Demandez-leur s’ils acceptent la logique que vous parlez. Apparemment, vous l’utilisez pour vos revenus, pas pour les chrétiens.

Les chrétiens, comme les musulmans, veulent gagner leur vie, un travail et une économie forte. Ils veulent récupérer leur argent auprès des banques, et ils refusent d’être humiliés dans les stations-service, et ils refusent aussi d’émigrer.