SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

FMI : Les plans des autorités libanaises constituent un début prometteur

À l’issue du premier cycle de discussions en ligne, la délégation du Fonds monétaire international (FMI) a annoncé dans un communiqué que des progrès avaient été accomplis au cours de la mission en ce qui concerne l’adoption de mesures de réforme, mais que des efforts supplémentaires devaient être déployés pour traduire ces mesures sous forme de politiques.

La délégation a ajouté : « Il y a une compréhension de l’ampleur de la crise sans précédent dans le secteur financier et de ses pertes, qui doivent être traitées de manière durable et transparente, et que la priorité devrait être de protéger les petits déposants, comme l’ont exprimé les autorités libanaises. Le budget de 2022 fournit une occasion de commencer à aborder la situation financière difficile, en tenant compte des restrictions de financement, et les plans des autorités libanaises pour renforcer la concurrence et commencer à aborder le secteur de l’énergie et ses problèmes est un début prometteur, mais il reste nécessaire le suivi séquentiel et précis et la mise en œuvre sérieuse de ces plans. »

La déclaration a conclu : Il est nécessaire que les autorités libanaises prennent des mesures décisives pour s’attaquer au problème omniprésent de la corruption et améliorer la transparence en accélérant la loi sur les marchés publics et en levant ou en modifiant la loi sur le secret bancaire conformément aux normes internationales.

Après la fin du premier cycle de discussions entre le Fonds et la délégation libanaise, le chef de la délégation du FMI, Ramirez Rigaud, a indiqué que le programme économique doit inclure des objectifs pratiques régis par un calendrier et respectant 5 critères : des réformes fiscales qui garantissent la viabilité de la dette, mais qui permettent des investissements sociaux et des efforts pour restaurer les dettes, et pour assurer la restructuration du secteur financier pour renforcer la confiance et garantir la reprise, la réforme des entreprises publiques, en particulier dans le secteur de l’énergie pour assurer un meilleur service sans épuiser les ressources publiques, le renforcement de la gouvernance, la lutte contre la corruption, la lutte contre le blanchiment d’argent et la lutte contre le financement du terrorisme pour améliorer la transparence et la responsabilité, et la mise en œuvre d’un système monétaire à prix fiable.