SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

Geagea annonce sa position sur le nouveau gouvernement… Les forces libanaises vont-elles donner la confiance ?

Le chef du parti des « Forces libanaises » Samir Geagea, a confirmé son opinion sur le gouvernement né hier, en déclarant que « le noyau solide du groupe au pouvoir, composé du « Courant patriotique libre » et du « Hezbollah », est responsable d’avoir amené le Liban au fond du gouffre, alors comment peut-il s’en sortir par le biais d’un gouvernement qui est responsable de sa formation à la base ? »

Dans une interview accordée à Al Markaziya, Geagea a déclaré : « Indépendamment de la présence de certaines personnalités que nous respectons, et avec notre appréciation des efforts du président Najib Mikati et de sa détermination constante à assumer des responsabilités, il ne pourra très probablement pas apporter le changement requis et s’engager sur la voie du sauvetage avec la présence du groupe au pouvoir. Par conséquent, son gouvernement ne sera pas meilleur que ses prédécesseurs, et nous n’attendons rien de ce gouvernement que les mêmes résultats. Pour cette raison, le Parti des forces libanaises n’a nommé aucun premier ministre depuis deux ans et n’a participé à aucun d’entre eux. Mais cela ne signifie pas que nous nous opposerons absolument, mais plutôt que nous saluerons les succès et les réalisations, et que nous nous opposerons aux échecs. »

Geagea ne voit pas que « le gouvernement a un tiers de blocage, considérant que la formation du gouvernement à ce moment précis est due à un groupe de facteurs dans lequel l’externe se chevauche avec l’interne. Toutes les personnes concernées par le dossier sont fatiguées et épuisées après 13 mois d’atermoiements et d’obstruction, y compris le président de la République, le général Michel Aoun, et la marge de jeu s’est réduite au point qu’aucune partie n’est en mesure de continuer à tourner dans un cercle vicieux. »

Il a souligné que « le plus important de tous, de même que la formation du gouvernement lui-même, est le temps perdu avant de passer au traitement réel par des élections parlementaires anticipées qui produisent un gouvernement réellement efficace, surtout Les Libanais doivent attendre huit mois jusqu’aux les élections de mai, ce qui est très long à la lumière des crises mortelles dans lesquelles ils vivent. Mais si nous organisons des élections maintenant, nous épargnerons beaucoup de tragédies, de tourments et de difficultés que les Libanais subissent quotidiennement, car le gouvernement actuel ne peut produire que ce que ses prédécesseurs ont produit, en particulier le gouvernement du président Hassan Diab, auquel nous reprochons son incapacité inacceptable à faire face aux crises et à assumer de lourdes responsabilités sous le prétexte de la conduite des affaires ».

Concernant la question de savoir si le bloc de la « République forte » accordera sa confiance au gouvernement ? Geagea a répondu : « Notre position sur tous les gouvernements précédents est la même, sauf que le bloc se réunira et discutera de la déclaration ministérielle et étudiera la composition du gouvernement, sachant que rien n’encourage l’accord de la confiance au gouvernement tant que le mauvais système lui-même produit ce gouvernement, avec la répétition de mon appréciation à certains ministres, mais il y a quelques personnes dans ce gouvernement qui ne nous encouragent pas à donner la confiance, donc attendons la déclaration ministérielle et nous verrons ce qui se passe. »