SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Geagea: il n’y a pas de solution à la crise du Liban sauf en libérant le marché et en libérant l’État de ceux qui sont actuellement au pouvoir

Le chef du parti « Forces libanaises », Samir Geagea, a publié la déclaration suivante :

« Au milieu de tous les développements qui se produisent, la chose la plus importante reste le sort du citoyen libanais sur les routes, attendant quelques litres d’essence pour lui permettre de se déplacer afin d’assurer la subsistance de sa famille , dans ce contexte, la dernière réunion de Baabda, samedi dernier, n’a fait qu’empirer les choses, et la plus grande preuve en est l’absence de toute progression dans la crise des carburants. »

« Il est vraiment regrettable que toutes nos déclarations se concentrent sur la question des carburants, mais, malheureusement, c’est la question la plus urgente et la plus importante à l’heure actuelle au Liban. »

« Le Président de la République, le Premier ministre du gouvernement intérimaire et le ministre de l’Énergie sont conjointement responsables de la poursuite de la crise, d’autant plus que la solution existe et est disponible et donne des résultats immédiats, à savoir la libération immédiate du marché. »

« Si l’on compte les heures d’attente que les citoyens libanais passent quotidiennement devant les stations, on constate que depuis des semaines, ils paient le bidon d’essence beaucoup plus cher que si le marché était libéré, et ce d’un point de vue purement économique, en plus de brûler les nerfs et le moral, d’humilier continuellement et de tuer complètement le rêve des citoyens libanais. Qu’est-ce qui est le plus cher et le plus difficile pour le citoyen : libéraliser le marché immédiatement, ou lui accorder une subvention totale ou partielle qui lui coûterait à tous les niveaux le double de ce que lui coûterait la libéralisation du marché ? »

« Quant au navire promis par sayyed Hassan Nasrallah, ce n’est rien d’autre qu’une petite blague au milieu de la tragédie que nous vivons. Si l’importation de carburant d’Iran résout un problème, l’Iran aurait résolu le problème de la Syrie il y a des années, car nous savons tous que l’Iran est pleinement et sans doute engagé dans la survie d’Assad et de son destin, et le port de Banias est présent, et d’autres ports syriens sont présents, ainsi que les ports iraniens, et selon le narrateur, l’essence iranienne est présente, alors pourquoi l’Iran n’a pas résolu le problème de son allié en premier lieu s’il avait une solution à la crise du carburant ? »

« L’entrée du pétrole iranien en Syrie ne rencontre aucun obstacle, puisqu’elle se fait en collusion avec l’État d’Assad, qui est déjà soumis aux sanctions de César. Alors pourquoi le pétrole iranien ne résout-il pas le problème d’Assad ? Il convient de mentionner dans ce contexte que c’est la crise du carburant de la Syrie qui a amplifié la crise du carburant du Liban par la contrebande systématique qui a lieu. »

« Ma suggestion à Sayyed Hassan est que l’Iran résolve le problème de la Syrie en matière de carburant, cela résoudra immédiatement la moitié du problème du Liban. Enfin, il n’y a pas de solution réelle à la crise des carburants sauf en libérant le marché, et il n’y a pas de solution à la crise du Liban sauf en libérant l’État de ceux qui sont actuellement au pouvoir. »