SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Geagea: Le but du jeu politique judiciaire est d’empêcher les élections

Le chef du parti FL, Samir Geagea, a estimé qu’il ne fait aucun doute que certains propriétaires de banques et leurs responsables portent une part de responsabilité et doivent être poursuivis en justice.

Mais ce qui se passe actuellement en ce qui concerne la question des banques, nécessite une approche globale, objective et non discrétionnaire, pour responsabiliser tous les responsables effectifs et réels, chacun selon sa responsabilité et son rôle.

Geagea a déclaré dans un communiqué publié aujourd’hui, samedi, que ce qui se passe actuellement est une sorte de farce d’une part, et une sorte d’opinion publique trompeuse d’autre part, et une sorte d’ignorance des véritables parties prenantes d’autre part. .

Il a expliqué que la principale responsabilité de l’état des choses incombe d’abord à l’autorité politique, et aux gouvernements successifs et aux majorités parlementaires, en particulier après 2016.

Elle est suivie par la responsabilité de la Banque du Liban, suivie par certains propriétaires de banques et leurs responsables.

Soulignant que persécuter et poursuivre certains propriétaires de banques et régulateurs est une chose, et détruire l’ensemble du secteur bancaire au Liban en est une autre, Geagea a déclaré: Ce qui est dangereux, c’est que ces mesures autoritaires qui utilisent une partie du système judiciaire comme un outil pour eux, et sont couverts par la loi, conduisent à la destruction de la banque du secteur au lieu de la réparer.

Par conséquent, la crise du citoyen libanais et des déposants s’aggravera, et aucune mesure ne sera prise vers une solution, en provoquant une crise de liquidité qui sera déclenchée par les mesures, surtout si elles s’accompagnent d’une grève bancaire.

L’impact de cette situation sur les employés juniors et ceux aux revenus limités, ainsi que l’impact des procédures judiciaires sur la confiance des banques correspondantes dans le système bancaire libanais.

Il a ajouté: Le Président de la République, le gouvernement actuel et la majorité parlementaire sont responsables du mal qui arrive au citoyen libanais à cause de tout ce qu’ils font.

Et son objectif est clair, et ce n’est pas d’arranger la situation, mais plutôt soit de la méchanceté personnelle, soit des tentatives de chantage continu, soit des tentatives de changer certains responsables pour nommer les pires escrocs à leur place.

Ou pour la revue médiatique populaire à la veille des élections législatives, quels que soient les lourds dégâts que ces revues causent à la suite de l’arrêt complet des transactions par les banques et du renversement des dépôts ou de la confiance restants du citoyen libanais.

Il a déclaré:« Il est devenu connu que ces procédures sont maintenant exposées à l’opinion publique libanaise et ne trompent personne.

Par conséquent, nous ne comprenons pas comment les procédures judiciaires se poursuivent arbitrairement dans ce dossier, et l’enquête est entravée et gelée dans le dossier le plus grave, le dossier de l’attentat du port de Beyrouth.

En plus de tout ce qui précède, nous craignons que le but de ces mesures soit de pousser les banques à fermer, ce qui empêchera les élections de se tenir à temps ».