SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Geagea refuse un gouvernement « d’union nationale »

Le chef du Parti « Forces libanaises », Samir Geagea, a confirmé que « le changement qui a résulté des récentes élections législatives, avec la perte de la majorité du Hezbollah, nécessite un changement de performance politique, selon lequel l’État libanais devient la décision stratégique- faiseur de paix et de guerre et de politique étrangère. »

Dans une interview accordée à l’Agence France-Presse de son siège à Maarab, Geagea a indiqué que « Personne ne peut se lancer dans une nouvelle guerre du 12 juillet ou déplacer des missiles d’un endroit à un autre sans l’approbation et la connaissance de l’armée libanaise, en référence au Hezbollah, la seule force militaire qui possède un énorme arsenal militaire autre que les forces libanaises légitimes ».

Geagea a expliqué : « Il n’y a plus d’arme à l’intérieur, mais il y a plutôt un processus politique qui s’est manifesté à travers les élections », soulignant que « personne n’est autorisé à utiliser son arme à l’intérieur ».

Il a déclaré: « La traduction de la nouvelle voie commence par l’élection d’un président du parlement qui aidera à achever la tâche et à préserver l’entité et l’État libanais ».

Et il a ajouté: « Nous ne pouvons pas du tout élire le président Nabih Berri, car il fait partie de l’autre équipe. »

Le parti « Forces libanaises », selon Geagea, mène également des « contacts intenses » avec tous les députés issus de la « Révolution du 17 octobre », pour trouver les meilleurs cadres de coordination des positions. Et Nous sommes d’accord, au moins, sur l’établissement d’un véritable État libanais… loin de toute corruption, clientélisme, quotas et intérêts privés ».

En ce qui concerne la formule du prochain gouvernement, Geagea a refusé de former un gouvernement « d’union nationale », nom donné aux gouvernements dans lesquels toutes les principales forces politiques sont représentées, et leur travail est souvent paralysé en raison des divergences d’opinions et des perturbations de la prise de décision.

Geagea, dont le parti entretient des liens étroits avec l’Arabie saoudite, a déclaré: « Si un gouvernement qui inspire confiance et crédibilité est formé, a des orientations claires et un projet politique clair, et montre dès le premier ou le deuxième mois un sérieux dans ses relations ».

Samir Geagea, chef du parti des Forces libanaises, a souligné que « la formation d’un gouvernement similaire accélérera les négociations avec le Fonds monétaire international, avec lequel l’accord est le principal point d’entrée pour arrêter l’effondrement ».