SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 October 2021, Wednesday |

Gemayel: Nous soutenons le mouvement des familles des victimes demain

Le chef du parti libanais Kataeb, Sami Gemayel, le coordinateur des Nations Unies au Liban, a rencontré Joanna Fronteska, et les derniers développements sur la scène libanaise ont été discutés, en présence du coordinateur des relations extérieures, Marwan Abdallah, et du directeur du cabinet Gemayel, Bruno Attieh.

Le chef des bataillons a souligné devant le responsable onusien la nécessité pour la communauté internationale de suivre le rythme des élections prévues au Liban au printemps prochain et de veiller à ce qu’elles empêchent toute tentative de l’autorité de les annuler ou de retirer le droit des diaspora à voter comme cela est actuellement discuté, ce qui est un droit sacré pour l’importance de leurs votes faisant partie intégrante de leur patrie.

Le chef du parti libanais Kataeb, a souligné l’importance d’obtenir les élections sous supervision internationale pour assurer l’intégrité des élections et la démocratisation.

A l’issue de la réunion, Gemayel a déclaré: « L’attaque contre la justice lors de l’enquête sur le crime de l’explosion du port de Beyrouth, dans la manière dont elle se déroule, est une attaque contre tous les Libanais.  »

Le chef du parti libanais Kataeb, a estimé que ce qui s’est passé au Palais de justice la semaine dernière équivaut à éliminer le pouvoir judiciaire et tout ce qui reste de sa liberté, et que la visite faite par l’officier de liaison du Hezbollah, Wafik Safa, aux hauts magistrats, qui a entraîné l’arrêt des enquêtes, est une attaque contre les martyrs et les victimes, et il n’y a pas d’ordre On ne peut qu’y faire face.

Gemayel a souligné que le système a une nouvelle fois démontré qu’il n’avait aucun respect pour la loi, la constitution ou la séparation des pouvoirs.

D’autre part, Le chef du parti libanais Kataeb, a souligné que la nomination des juges à un poste ministériel et l’émission d’une décision leur permettant de retourner après avoir terminé leurs fonctions ministérielles à l’exercice de leurs fonctions judiciaires est une atteinte à l’intégrité de la magistrature et de la justice.

Le juge peut considérer qu’en rendant des services à telle ou telle équipe au détriment de la justice, de la crédibilité et de l’intégrité, il peut désigner un ministre pour reprendre ensuite l’exercice de son travail judiciaire comme à son habitude.

Gemayel a affirmé son soutien à l’action menée par les familles des victimes de l’explosion du port de Beyrouth devant le Palais de Justice, car il est « nécessaire de faire entendre la voix face à toute tentative d’atteinte à l’indépendance de la justice et empêcher l’accomplissement de la justice. «