SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 May 2022, Wednesday |

George Okais : Les virements bancaires du Liban vers l’étranger sont toujourts valables

Le député George Okeis a écrit sur sont compte personnel Twitter : « Le scandale des scandales qui attirent le peuple, l’opinion publique et le reste des institutions : selon des sources internationales fiables, sont les virements bancaires depuis qui ont toujours eu lieu. La Suisse, qui confirme que l’alliance mafieuse politique et monétaire continue et vide le secteur bancaire de ses dépôts, de sorte que la loi sur le contrôle des capitaux intervient après une longue attente. »

Il a ajouté : « Je répète ce que j’ai déjà dit : au Liban, les voleurs profitent, et ceux qui ont été volés sont en faillite, et la loi n’est qu’un parapluie qui protège les chefs des corrompus de la responsabilité envers le peuple. »

Après un retard de plus d’un an, le Comité des finances et du budget a approuvé la loi sur le contrôle des capitaux, et ce retard a coûté aux Libanais, touts leurs dépôts pour servir les intérêts du système corrompu.

Experts bancaires et juristes s’accordent à l’unanimité pour dire que l’adoption de la loi sur le contrôle des capitaux aurait dû avoir lieu début novembre 2019, à ce moment-là, il aurait été possible de protéger à la fois les banques et les déposants, et lorsque les banques étaient exposées aux déposants, cela demande n’a reçu aucune réponse. Cependant, la stérile Chambre des représentants s’est réveillée aujourd’hui et la commission des finances et du budget a approuvé la loi sur le contrôle des capitaux et l’a renvoyée à l’Assemblée générale.

Cette loi vise à protéger les réserves de devises étrangères, à réguler les changes et à protéger le reste de l’argent des déposants, notant qu’en octobre 2019, les réserves de devises étrangères s’élevaient à 31 milliards de dollars, alors qu’elles sont aujourd’hui de 16 milliards de dollars.

L’absence de contrôle des capitaux a permis au système et aux personnes influentes de dépenser les dépôts du peuple pour servir leurs intérêts.