SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2021, Monday |

Guterres à Beyrouth avant les vacances… et des réunions politiques et financières

Les problèmes sur la scène libanaise font l’objet d’un examen de terrain de l’ONU à travers une visite du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, dont la date est fixée avant Noël et le jour de l’an.

Cependant, il reste confidentiel jusqu’à présent pour des raisons de sécurité, comme le rapportent des sources diplomatiques concernées, à Almarkazia.

Cette visite de l’ONU fait suite à une invitation faite par le Premier ministre Najib Mikati à Guterres lorsqu’il l’a rencontré en marge du Sommet sur le climat, qui s’est tenu à Glasgow, en Grande-Bretagne, au début du mois.

Ils ont discuté des détails de la situation libanaise, en particulier dans le sud, et de la coopération existante entre l’armée et les forces de la FINUL.

Outre les crises qui assiègent le Liban de l’intérieur et de l’extérieur, il a promis de les rencontrer avant la fin de l’année.

Il ne s’agit donc que de quelques semaines, pendant lesquelles le Secrétaire général débarquera à Beyrouth, au milieu des grands espoirs qu’une partie des crises trouvera son chemin vers une solution.

Du moins, la reprise des sessions du Conseil des ministres, et les relations tendues avec les Etats du Golfe qui s’annoncent.

Les deux dossiers, s’ils restent bloqués, formeront la base de ses entretiens avec les présidents et hauts responsables libanais.

Guterres, alors qu’il inspectait les forces d’urgence internationales opérant dans le sud du Liban, séparera une partie de sa visite du dossier du Hezbollah, dont la classification internationale en tant que terroriste s’étend, et aujourd’hui l’Australie l’a inscrit sur la liste des organisations terroristes.

La ministre de l’Intérieur, Karen Andrews, a déclaré que le groupe armé soutenu par l’Iran « continue de menacer des attaques terroristes et de fournir un soutien aux organisations terroristes » et constitue une menace « réelle » et « crédible » pour l’Australie.

La Colombie a également annoncé qu’elle surveillait les activités du parti sur son territoire et l’accusait de mener des « activités criminelles ».

Pendant ce temps, le Koweït a décidé d’emprisonner les Libanais affiliés au parti pour leur implication dans la déstabilisation du pays.

Des sources dans ce domaine disent qu’il essaiera de découvrir la vérité sur le contrôle du pouvoir par le Hezbollah.

Ce dossier particulier sera également évoqué par le responsable onusien, selon des sources proches du patriarche maronite, le cardinal Mar Beshara Boutros Al-Rahi, qui devrait lui faire part de son initiative pour une neutralité positive comme cadre pour le salut du Liban.

Et la possibilité de tenir une conférence internationale à lui, pour qu’il fasse part de son point de vue et le soumette aux forums internationaux, afin qu’il réussisse à changer la misérable réalité du Liban.

    la source :
  • Almarkazia