SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

Haroun à « Sawt Beirut International »: Nous avons besoin d’un soutien extérieur

Oumayma shams Al din
A A A
Imprimer

Le chef du Syndicat des propriétaires d’hôpitaux privés, en lien avec « Sawt Beirut International », a expliqué que les hôpitaux souffrent du fait que les banques ne parviennent pas à sécuriser les fonds pour les hôpitaux, alors que tous les importateurs et commerçants imposent aux hôpitaux de payer les factures de fournitures médicales et non médicales en espèces à la livraison, notant que 75% des reçus hospitaliers Cela provient de virements bancaires, que ce soit de la Banque du Liban ou des banques commerciales.

Haroun a déclaré: « Nos comptes dans les banques sont gelés et nous ne pouvons pas les utiliser, et nous n’avons pas la trésorerie et les liquidités suffisantes pour pouvoir payer le prix des besoins et les salaires des employés. »

Haroun a exigé que nous obtenions l’argent liquide nécessaire pour mener à bien nos devoirs envers nos patients, sinon les hôpitaux ne seront pas en mesure d’acheter le matériel nécessaire et de payer les salaires des employés et les honoraires des médecins.

Haroun craignait que les patients ne puissent pas entrer dans les hôpitaux car les différences dues au patient lors de son entrée à l’hôpital enregistraient des nombres imaginaires s’élevant à des dizaines et des centaines de millions.

Et quand Haroun a vu que la solution était que les garants officiels ajustent leurs tarifs en fonction du nouveau coût, il a indiqué que cette question à l’heure actuelle est presque impossible.

Il a déclaré: « Nous sommes confrontés à une très grande crise et l’État libanais est incapable, avec ses capacités financières, d’assurer des soins médicaux aux citoyens, et nous avons donc besoin d’un soutien extérieur pour le secteur de la santé et hospitalier », soulignant qu’il existe de nombreux hôpitaux qui ne peuvent pas continuer, car un certain nombre de propriétaires d’hôpitaux ont vendu leurs hôpitaux en raison du déficit financier.