SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Hassan a présidé le Conseil supérieur de la santé pour garantir la sécurité alimentaire

Le ministre de la Santé publique du gouvernement intérimaire, le Dr Hamad Hassan, a présidé une réunion du Conseil supérieur de la santé consacrée à l’examen de la question de la sécurité alimentaire à la lumière des défis posés par la crise économique, en particulier la panne d’électricité, qui affecte négativement la qualité des denrées alimentaires. Cette réunion marque le début d’ateliers successifs visant à mettre en place une plateforme participative pour définir les cadres de gestion de crise et atteindre les objectifs sanitaires souhaités.

La réunion a été suivie par des représentants des ministères du Tourisme, de l’Industrie et de l’Agriculture, de l’Institution libanaise des normes et standards (LIBNOR), de l’Institut de recherche industrielle, des chefs des syndicats des hôpitaux privés, des pharmaciens, des restaurateurs et des industries alimentaires, des personnalités du monde de la santé et du monde académique de diverses universités libanaises et des experts membres du Comité scientifique pour la sécurité alimentaire, qui a défini une stratégie nationale pour garantir la qualité et proposer des solutions dans les situations d’urgence.

Hassan a expliqué dans une déclaration, que « la recherche en matière de sécurité alimentaire vise à mettre en évidence les problèmes liés à la qualité et son lien avec la santé du citoyen. » Il a ajouté : « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face aux énormes défis posés par cette étape. Un décret a été publié pour former l’Autorité nationale de sécurité alimentaire, mais elle n’a pas encore été créée et ses membres n’ont pas été nommés. »

Il a souligné que « malgré les circonstances difficiles et les faibles ressources de l’État et des institutions privées, le Liban reste capable de suivre le rythme de la scène. Le rôle du ministère de la santé publique se concentrera sur le soutien aux institutions économiques et touristiques afin de remédier aux problèmes de la baisse des normes de sécurité et de l’apparition d’incidents d’intoxication alimentaire. »

Le ministre de la Santé a souligné « l’importance de la coopération du secteur public avec le secteur privé pour atteindre les objectifs envisagés », et a déclaré : « Cette coopération a permis au Liban d’éviter une scène catastrophique lors de la crise de Corona, car notre pays a excellé dans la reconnaissance des références sanitaires mondiales, en gérant la crise avec les capacités les plus faibles, car chaque partie concernée a assumé sa responsabilité et a été partenaire pour surmonter la pandémie ».

Il a ajouté : « Aujourd’hui, dans la crise alimentaire, nous sommes tous partenaires, et tout le monde est intéressé à coopérer ensemble et à réussir à gérer la crise, tout comme nous avons réussi à gérer la crise du Corona. »