SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Hassan : La crise des médicaments est sur la voie de la solution… et deux approbations exceptionnelles d’Aoun

Le ministre de la Santé publique du gouvernement intérimaire, Hamad Hassan, a confirmé que « le ministère de la Santé a obtenu une approbation exceptionnelle du président de la République, le général Michel Aoun, pour lancer le processus de contractualisation avec les spécialistes au sein de l’hôpital turc, après avoir surmonté tous les obstacles logistiques, bureaucratiques et administratifs. L’hôpital a été transféré aux propriétaires du Ministère de la Santé Publique, et peu de temps après la contractualisation, il est devenu possible de l’ouvrir et d’y lancer des activités afin d’être prêt à servir les citoyens ».

Hassan a révélé que « le président Aoun a également signé une approbation exceptionnelle concernant le don spécial du Koweït, qui a été obtenu du Fonds koweïtien pour le développement, pour établir deux hôpitaux, l’un à Akroum dans le Akkar et l’autre à Harbata dans le nord de la Bekaa, en plus de l’achèvement de l’hôpital gouvernemental de Deir al-Qamar. »

Confirmant que « la crise des médicaments est sur la voie de la solution », il a déclaré : « Nous, sous la direction de Son Excellence le Président Aoun, serons sur le terrain à partir de lundi prochain, car il y a maintenant des transferts et des autorisations d’une valeur de près de 100 millions de dollars, ce qui exige que les sociétés d’importation prennent l’initiative d’importer des médicaments, et non pas de créer des excuses pour que nous ouvrions davantage d’autorisations d’urgence. » Il a souligné que « quant aux médicaments pour les maladies chroniques, ils sont liés aux transferts financiers à la Banque du Liban, qui, à travers la nouvelle stratégie qu’elle a fixée et sa réduction des subventions à 50 millions de dollars, nous a incités à fixer nos priorités . Nous avons préparé les règlements pertinents et les avons soumis à la banque. Et au cours de la semaine dernière, la Banque du Liban a transféré ce qui était nécessaire et a donné ses approbations, et d’ici quelques jours, ces médicaments doivent commencer à être disponibles. »

Les mots du ministre de la Santé ont été prononcés après une réunion présidée par le président de la République, le général Michel Aoun, cet après-midi au palais de Baabda, en présence du ministre Hassan, président de la commission de l’économie nationale, du commerce, de l’industrie et de la planification, le député Dr Farid Al-Bustani, président du Conseil pour le développement et la reconstruction, l’ingénieur Nabil Al-Jisr, et le chef de l’hôpital Deir Al-Qamar, le capitaine Antoine Al-Bustani.

La réunion a été consacrée à l’examen de la situation sanitaire dans le pays et les conditions des hôpitaux gouvernementaux existants et nouvellement développés, ainsi que la situation des médicaments et des équipements de santé et d’autres sujets qui affectent le secteur de la santé, où le président Aoun a insisté à  » donner la priorité à traiter tout ce qui concerne la situation des hôpitaux et des centres médicaux et de santé, la sécurisation du carburant et la fourniture de médicaments nécessaires.

Après la réunion, Hassan a souligné, dans une déclaration, que « la réunion avec Son Excellence le Président de la République concernait la réalité sanitaire et médicale au Liban. Oui, malgré toutes les conditions difficiles et amères que nous traversons, en particulier les conditions économiques et environnementales, le ministère de la Santé publique continue de planifier, de suivre le rythme et de coordonner avec les autorités compétentes pour pousser et élever le statut de la réalité hospitalière et sanitaire afin de protéger les Libanais et les résidents sur le territoire libanais. Les sujets de la réunion ont abordé plus d’un point, dont le plus important est l’hôpital turc, pour lequel nous avons obtenu l’approbation exceptionnelle de Son Excellence le Président de la République pour lancer le processus de contractualisation avec des spécialistes. »

Il a déclaré : « Nous avons également discuté de l’approbation exceptionnelle que le président de la République a signée avec gratitude, après que le Premier ministre, le Dr Hassan Diab, lui ait donné une impulsion particulière, concernant le don koweïtien spécial qui a été obtenu du Fonds koweïtien pour le développement, pour la création de deux hôpitaux, l’un à Akroum dans le Akkar et l’autre à Harbata dans la Bekaa Nord, en plus de l’achèvement de l’hôpital gouvernemental de Deir al-Qamar. Je voudrais saluer la Fédération des municipalités d’Akroum et les municipalités de Harbata et Deir al-Qamar, et je voudrais remercier le député Dr. Farid Al-Bustani pour le suivi et le soutien permanent afin que les choses arrivent à leurs conclusions. »

Il a ajouté : « L’équipement des hôpitaux gouvernementaux à la lumière de cette crise représente également un objectif que nous cherchons à atteindre grâce aux prêts disponibles, puisque nous avons alloué 30 millions de dollars de la Banque islamique pour équiper les hôpitaux gouvernementaux en coordination avec le Conseil pour le développement et la reconstruction. Nous avons reçu un message afin de préparer les lieux logistiques pour recevoir les appareils dans un délai court. Nous avons également pu allouer 25 millions de dollars de la Banque mondiale comme financement supplémentaire pour compléter l’équipement moderne et les départements des hôpitaux gouvernementaux dans le cadre de la plan sanitaire de l’hospitalisation réalisée par le ministère de la Santé publique, qui a fait des hôpitaux gouvernementaux dans chaque gouvernorat une unité intégrée qui fournit divers services médicaux aux citoyens, sans les charges de transport d’un gouvernorat à l’autre, surtout à la lumière de la crise que nous vivons. »

Il poursuit : « Nous avons également discuté de la question de la crise du carburant avec Son Excellence le Président, et nous suivons la question avec notre collègue Son Excellence le ministre de l’Énergie et avec les entreprises spécialisées, et nous savons que les équipes médicales aujourd’hui, y compris les médecins, les infirmières et les employés, souffrent avec les différents secteurs de la santé et les entreprises pharmaceutiques. »