SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 May 2022, Wednesday |

Hassan: Nous sommes prêts à libérer les médicaments des entrepôts dès que la décision de subvention sera prise

Le ministre de la Santé publique du gouvernement intérimaire,Hamad Hassan, a présidé une réunion d’urgence au ministère de la Santé publique, qui comprenait le Comité de la santé dirigé par son président, Assem Araji, et un certain présidents d »ordres dans le secteur de la santé.

Au cours de laquelle, ils ont discuté des moyens d’atténuer l’impact de la crise de pénurie de médicaments sur le marché libanais.Sachant que le besoin de ce marché est dans les entrepôts à un taux de soixante-dix pour cent. Et les entreprises et les importateurs attendent la publication d’une annonce de la Banque centrale du Liban pour inclure une subvention comme avant L’émission de la dernière circulaire de la banque le 7 mai dernier. Afin que le ministère de la Santé publique, dès qu’un signal est émis par la banque, ira aux entrepôts et aux entreprises pour libérer les actifs selon les listes de priorités qu’elle a préparées.

Hassan a expliqué que « la discussion a porté sur la responsabilité de la Banque centrale d’adopter un langage transparent et unifié », soulignant « la nécessité d’inclure la subvention des stocks dans les entrepôts après l’audit mené par le ministère de la Santé publique sur les factures soumises au Banque du Liban, et leur valeur pour les fournitures médicales est d’environ 39 millions de dollars, au lieu de 50 millions, et les médicaments ont 153 millions de dollars au lieu de 187 millions.

Il a également souligné « la nécessité de coopérer avec la Banque centrale dans le cadre d’un plafond financier pour fournir les priorités du secteur de la santé et la plupart des réactifs et fournitures manquants ».

Dans ce contexte, il a abordé le sujet de la rationalisation des subventions, rappelant que « le plan du ministère de la Santé publique de rationalisation des subventions est prêt depuis six mois et a été discuté en commission parlementaire de la santé. Il a également été présenté aux commissions spécialisées dans les palais du gouvernement, en attente d’approbation, selon les dotations financières allouées par la Banque du Liban, qui n’ont pas été annoncées à ce jour.

Il a évoqué le « rôle des entreprises » et a déclaré: « À la suite des pourparlers, il a été convenu de diviser la solution progressivement, pour que les entreprises font leur responsabilité envers le citoyen libanais et envers l’État. »

Il a declaré « une proposition de dépenser une partie des actifs dans les entrepôts des entreprises et des importateurs pour assurer le besoin urgent du marché ». Et il a demandé aux entreprises « d’assumer une responsabilité de supervision avec le ministère afin que de nombreux médicaments subventionnés soient distribués, en particulier des médicaments pour les maladies chroniques, incurables et coûteuses selon les besoins des patients dans toutes les régions libanaises » et non pas dans les pharmacies des zones frontalières à des fins connues. »

Il a dit: » Nous sommes d’accord que des l’obtention d’un signe de la Banque centrale, le ministère se rendra dans les entrepôts pour libérer les médicaments selon les listes dont ils disposent. »

Il a également souligné: » l’importance d’introduire une législation par les blocs parlementaires pour garantir que les exigences du secteur de la santé continuent d’être subventionées et assurées. »

À son tour, le chef de la commission parlementaire de la santé a salué « la coopération continue entre la commission et le ministère dans tous les problèmes de santé auxquels le Liban est confronté ».

Il a ajouté: » Il n’est pas possible pour un patient d’avoir besoin d’un médicament sans le trouver, ce qui peut entraîner la mort de patients. Par conséquent, la responsabilité doit être prise. Les médicaments dans les entrepôts sont censés être livrés sur le marché aujourd’hui. La Banque centrale doit payer les sommes dues, et leur valeur totale est d’environ 600 millions de dollars, et les programmer par étapes. »

Il a révélé que « lors d’une visite leavec ministre Hassan à la Banque centrale, ils ont informé le gouverneur que la subvention pour les médicaments et le blé ne serait pas levée », évoquant « la possibilité d’obtenir un soutien mensuel pour les médicaments ».

Il a souligné « la nécessité d’obtenir une promesse du gouvernorat du montant de l’aide mensuelle pour fixer un accord fixant les priorités sous l’égide du ministère de la Santé publique, notant qu’il a « communiqué hier avec le responsable en charge de subvention à la Banque du Liban, M. Noaman Ndour, qui a confirmé qu’il était prêt à commencer à payer aux importateurs dès que les priorités seront fixées.Il a déclaré: « Le ministère de la Santé publique a élaboré une liste de priorités pour les médicaments requis, et si le plan de rationalisation des médicaments qui a été mis en place au sein de la Commission parlementaire de la santé avec Son Excellence le Ministre Hassan et les president d’ Ordre du secteur de la santé, y compris l’ordre des pharmaciens, nous n’aurions pas atteint le problème auquel nous sommes parvenus.. Nous rationalisons le soutien depuis un certain temps, mais jusqu’à présent, la décision finale n’a pas été prise de rationaliser les subventions des médicaments. »

Il a conclu: « C’est la solution rapide pour ne pas perdre le médicament sur le marché, sachant qu’après la fin de la crise, une solution permanente doit être mise en place pour assurer que le médicament sera present pendant une longue période. Cela nécessite des mesures, que ce soit de la part des importateurs ou de la Banque du Liban, sachant que ni la commission parlementaire de la santé ni le ministère de la santé publique ne permettront, franchement, au citoyen de mourir et le médicament est dans les entrepôts. »