SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Hossam Zaki de Ain al-Tineh : La démission de Kordahi aurait pu détendre la crise dès le début

Après sa rencontre avec le président du Parlement Nabih Berri, le secrétaire général adjoint de la Ligue des États arabes, Hossam Zaki, a confirmé que « la réunion était amicale et franche, et le but de la visite à Beyrouth n’est pas de proposer une solution à la crise du Liban avec les pays du Golfe, et le traitement de cette question doit être précis. »

Zaki a souligné que « en ce qui concerne la crise actuelle, il n’y a pas eu de messages, et les sessions du gouvernement ont été suspendues pour des raisons que tout le monde connaît, et il y a un point d’interrogation sur la résolution de cette perturbation, et mon attention aujourd’hui est sur la crise de la relation avec les États du Golfe. »

Il a également ajouté : « La question de la démission du ministre de l’Information George Kordahi a été un peu évoquée, et le président Michel Aoun tient à la relation avec l’Arabie saoudite et compte sur le sens patriotique du ministre Kordahi. »

Et Zaki a souligné que « la question de la démission de Kordahi aurait pu détendre la crise dès le début. »

Zaki, qui se trouve à Beyrouth et tient des réunions sur cette crise, a jusqu’à présent rencontré le président Michel Aoun, le Premier ministre Najib Mikati et le ministre des Affaires étrangères Abdullah Bou habib.

Le Premier ministre Najib Mikati a affirmé, pour sa part, que « le Liban tient à rétablir ses relations normales avec le Royaume d’Arabie saoudite et les États du Golfe », ajoutant : « Nous ferons tout notre possible pour supprimer les différences qui existent dans ces relations et pour régler les différends dans un esprit de fraternité et de coopération. »

En outre, Zaki a déclaré avoir transmis le point de vue de la Ligue arabe sur la crise aux responsables qu’il a rencontrés.

De plus, il a déclaré plus tôt que sa rencontre avec Aoun était franche et positive, et qu’il avait trouvé un moyen de résoudre la crise, mais il a ajouté que « la question n’est pas simple et va plus loin que la description par un ministre de ce qui se passe au Yémen », faisant référence aux déclarations du ministre libanais de l’information, George Kordahi.

Il a ajouté que la question ne devait pas être traitée « avec négligence ».

A son tour, Aoun a déclaré que la résolution du différend entre le Liban et l’Arabie saoudite passe par un dialogue sincère entre les deux pays. Il a ajouté, selon la présidence libanaise sur Twitter, que Beyrouth salue « tout effort de la Ligue arabe pour rétablir les relations fraternelles avec l’Arabie saoudite. »