SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Il n’y a pas d’alternative au pétrole irakien… Une crise de l’électricité est prévue !

L’Electricité du Liban ne compte que sur le pétrole irakien pour faire fonctionner ses usines de production, en attendant l’arrivée du gaz égyptien et de l’électricité jordanienne.

Dans le détail, des sources à l' »Electricité du Liban » ont révélé à « Al Markazia » que la société « fait fonctionner les usines de production à partir d’un seul navire de pétrole irakien, transportant entre 40 et 45 mille tonnes par mois, fournissant 400 et 500 mégawatts. »

La source a souligné qu’ « il n’y a pas d’autre source pour la société que le pétrole irakien, et nous organisons l’approvisionnement sur la base de 400 et 500 mégawatts afin que nous puissions assurer l’électricité pour les services de base dans le pays, tels que le siège présidentiel, les ministères, l’aéroport, le port, les pompes à eau et les hôpitaux gouvernementaux. »

La source a également souligné que « si nous continuons à obtenir du pétrole irakien, il n’y a aucun problème pour maintenir ce type d’alimentation, et nous ne serons donc pas affectés par d’autres développements dans le domaine de l’importation de pétrole. »

La source a prévenu que « si le pétrole irakien s’arrête, il n’y a pas d’autre alternative », expliquant que « l’État ne fournit pas d’avances à la société, et le gaz égyptien et l’électricité jordanienne ne sont pas encore arrivés au Liban, donc il n’y a pas d’autre source que le pétrole irakien, qui arrive chaque mois en quantité déjà limitée ».