SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Jerry Maher : L’assassinat du Premier ministre Rafik Hariri ne restera pas sans punition

Le conseiller médiatique du Cheikh Bahaa Hariri, Jerry Maher, a estimé qu’aujourd’hui, malheureusement, l’Etat est complètement sous le contrôle du Hezbollah et de sa décision, mais nous avons confiance dans les institutions et les autorités sécuritaires et judiciaires, et nous exigeons aujourd’hui qu’elles aient un rôle clair et explicite également dans la poursuite de ces terroristes, et de tous les terroristes affiliés à cette organisation.

Il a souligné dans une interview exclusive avec Sawt Beirut International qu’aujourd’hui nous sommes face à une nouvelle décision et une nouvelle condamnation du Hezbollah, et ce n’est pas la seule et dernière condamnation, et je pense que dans la prochaine étape il y aura une plus grande escalade de la part du Tribunal International. Aujourd’hui, la scène est plus claire, et il n’y a pas de tentative d’ « ignorer » la question de l’assassinat du Premier ministre martyr Rafic Hariri.

Maher a considéré que nous sommes aujourd’hui face à une nouvelle étape dans laquelle ces organisations terroristes sont confrontées, en particulier le Hezbollah, le seul accusé dans la réalisation de ce crime terroriste qui a visé le Premier ministre martyr Rafic Hariri.

De plus, il a ajouté que l’Etat est aujourd’hui appelé à assumer ses responsabilités et suivre ce dossier et poursuivre ces terroristes par n’importe quel moyen par les services de sécurité et les services judiciaires libanais pour les remettre au Tribunal international pour qu’ils soient jugés et qu’ils répondent de leurs actes et aussi pour obtenir plus d’informations sur les parties qui ont contribué à l’exécution de ce crime.

Aussi, Maher a considéré que le Hezbollah est un parti criminel, soulignant que les criminels devront rendre des comptes, et que ce crime ne restera pas impuni. Il a ajouté que le Hezbollah ne reconnaît pas le Tribunal international, ne reconnaît pas le Liban ou son peuple dans son ensemble, et ne reconnaît pas les dirigeants du Liban, et c’est lui qui a tué la plupart des dirigeants politiques et médiatiques de l’opposition, nous ne sommes donc pas surpris par sa campagne contre le Tribunal international.

Il a souligné que le Hezbollah et tous ceux qui lui ont permis d’atteindre ce qu’il a atteint aujourd’hui devront rendre des comptes. Le Hezbollah a commis différents crimes à l’intérieur et à l’extérieur du Liban, et il devra rendre des comptes pour tous les crimes qu’il a commis en Syrie, au Yémen et dans tous les pays africains et européens.

    la source :
  • Sawt Beirut International