SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Jerry Maher: Le projet de Bahaa Hariri ne s’arrêtera pas

Le conseiller média de l’homme d’affaires Bahaa Hariri, Jerry Maher, a répondu dans une intervention au sein d’une émission sur « LBCI » que Bahaa Hariri n’avait jamais eu l’intention de mettre fin au Premier ministre Saad Hariri.

Il a déclaré que Saad Hariri « était celui qui avait fait cela » à travers les politiques qu’il avait adoptées ces dernières années, et à travers la performance qui s’était répercutée négativement sur lui dans les élections et dans tous les postes, en plus de sa participation aux implantations, aux quotas et aux concessions face à ce système corrompu et armé.

Parce qu’il n’avait besoin de personne pour y mettre fin, donc ceux qui l’entouraient étaient des conseillers et des partisans et dans son bloc n’avaient pas la capacité de changer et d’exprimer leurs opinions pour parvenir à un résultat positif, ils ont donc amené Saad Hariri et le pays à cette fin .

Maher a ajouté que le projet de Baha Hariri n’est pas un projet temporaire, et la façon dont il a géré la retraite du Premier ministre Saad Hariri était très positive, et quiconque a critiqué Saad Hariri l’a critiqué pour sa politique et ne l’a pas critiqué personnellement.

Malheureusement, certains critiquent Bahaa Hariri sans savoir qui il est et ce que Bahaa attend du Liban.

C’est comme si le choix aujourd’hui au Liban était de continuer à détruire le pays, et s’il y a quelqu’un qui cherche le changement dans le pays, on l’attaque avant de voir son projet et d’entendre sa performance.

Il a ajouté qu’aujourd’hui toute la campagne contre les objectifs de Baha al-Hariri est claire, et ceux qui sont derrière sont connus, et le parti qui les motive est également connu.

Soulignant que cette campagne, n’atteindra nulle part.

Il a souligné que toutes les performances politiques du Premier ministre Saad Hariri étaient négatives, et tout le monde a vu le résultat.

C’est notamment Hariri qui a contribué à l’arrivée au pouvoir d’Aoun, et donc à la chute du pays aux mains de l’axe iranien, qui nous a éloignés de notre environnement arabe.