SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 October 2021, Wednesday |

Joumblatt met en garde contre l’hémorragie continue des secteurs de l’État et de ses composantes

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a effectué deux visites pour rencontrer des références de la secte druze unitaire et leurs cheikhs à la retraite Qatalib dans la ville de Baadran.

Joumblatt a indiqué que « ces réunions se poursuivent avec les cheikhs, surtout dans les circonstances difficiles que nous traversons, qui semblent se prolonger au plus difficile, comme l’hémorragie continue des secteurs de l’État et de leurs composantes et le déclin progressif de la situation économique et sociale, en plus de la souffrance des hôpitaux et du secteur de la santé en général, et la pénurie de carburant, en particulier le diesel pour les générateurs, en l’absence d’électricité, et c’est notre principale préoccupation aujourd’hui dans le désastre qui nous a atteint à côté de la solidarité sociale ».

Il a ajouté : « Le gouvernement démissionnaire aurait pu prendre des mesures qui limiteraient ce que nous avons atteint et s’adresser au moins au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, mais il attend la formation d’un nouveau gouvernement, ce qui nécessite une concession des deux parties pour atteindre l’objectif et prendre les mesures requises. Nous devons nous fortifier dans cette région diversifiée, et la priorité doit être la constance sociale et économique et la solidarité civile. »

Jumblatt a réitéré « l’importance de la solidarité entre tous les peuples pour passer l’étape difficile que nous traversons, regarder l’avenir et penser au développement, à la constance et à la coopération à tous les niveaux, et à travers cette communication avec les références et les acteurs et tous les segments spirituels, politiques, sociaux et civils, nous attendons ce qui préserve notre unité et renforce notre constance. »

Il a souligné « l’importance du règlement politique que nous avons proposé afin d’arrêter l’effondrement de l’État, des institutions et des secteurs et de rétablir les choses à leur juste place, et cela demande des concessions de la part des personnes concernées pour parvenir à un accord minimum sur la formation d’un ministère qui simule les pays qui soutiennent le Liban, que ce soit pour le Fonds monétaire international et autres, ainsi que la solidarité en faveur de l’armée et des forces de sécurité libanaises. »