SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 February 2023, Thursday |

Jumblat : Aucune solution ne sera prise prochainement

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Jumblat, a fait le tour des références religieuses de la secte unitaire druze.

Puis il s’est rendu dans la région d’Aley, où il a visité la retraite de Cheikh Abu Taher Raydan Shuhayb et lui a présenté ses plus sincères condoléances.

Joumblatt a indiqué lors de sa tournée que « Ces circonstances sont exceptionnelles, et il semble qu’il n’y ait pas de solution dans un avenir proche, car la solution ne viendra pas de l’extérieur. Si certains des soi-disant hauts responsables politiques pensent que la solution viendra de l’extérieur, alors il n’y a pas de solution de l’extérieur. La solution doit venir de l’intérieur, et le règlement n’est pas un défaut de la politique, le règlement est la base de la politique pour le bien de la patrie.

Il a déclaré : « Je n’ai pas de nouvelles données pouvant être proposées pour un règlement comme solution à cet effondrement économique et financier. » Il a souligné que « les prochains jours sont très difficiles, et moi, en tant que partie, suis prêt à faire mon devoir. »

Et il a évoqué la situation sanitaire : « Dans certains pays, il y a une maladie appelée le mutant indien, qui est arrivée en Grande-Bretagne, et on ne sait pas si elle va nous atteindre ou non. Jusqu’à présent, la campagne de vaccination au Liban est bonne, mais elle ne suffit pas, et il y a ceux qui ont contracté le virus et ne le savaient pas et ont été guéris, et avec cela nous avons une immunité collective, même si c’est un peu, et le l’important, c’est que nous continuions à être vaccinés.

Il a ajouté : « Le ministre de la Santé est excellent, et il est presque le seul ministre qui travaille. Il y en a d’autres qui font aussi de leur mieux, comme le ministre des Affaires étrangères.Même le gouvernement intérimaire peut faire son travail, mais il y a ceux qui s’opposent au travail d’Hassan Diab.  »

Et à propos de la sécurité sociale, il a déclaré : « Nous allons vers le plus difficile. Nous avons besoin de plus d’équipements médicaux et autres, et nous n’oublions pas le danger pour les infirmières et les médecins qui migrent, et nous voyons aussi à l’Université américaine comment 150 médecins sont partis, nous devons donc compter sur nous-mêmes.

Il a ajouté: «Nous avons traversé des moments plus difficiles. Après qu’ils aient tué Kamal Joumblatt, qu’avez-vous fait alors ? Je suis allé au Levant et j’ai serré la main de Hafez al-Assad pour le bien de « l’arabisme » du Liban, pour mon groupe et le mouvement national libanais, et pour le danger pour le Liban. Que signifie cette histoire ? Et je suis resté 29 ans un allié avec la Syrie.  »

Il a poursuivi: «Aujourd’hui, j’écris un tweet sur le règlement. Je vois des insultes de la part du groupe révolutionnaire et d’autres, mais ce n’est pas un problème. Dites votre parole et marchez.Ce qui est requis, c’est la formation d’un gouvernement qui arrêtera l’effondrement afin qu’il puisse affronter la Banque mondiale et les institutions internationales. Depuis l’explosion et la visite du président Emmanuel Macron, nous sommes restés à notre place, et il n’y a pas de place pour le Liban. »

Il a déclaré: « Le plus important est de maintenir la solidarité sociale, familiale et partisane, et le calme de certains éléments partisans. »

Il a ajouté: « Nous sommes les premiers à dire: » Nous voulons rationaliser et arrêter la subvention », et nous avons atteint la fin de la subvention. Cependant, il reste des réserves obligatoires, qui sont l’argent du déposant. Il y a une semaine, Riad Salameh a annoncé qu’au cours des deux dernières années, nous avons importé 20% de plus que ce que nous avons dépensé en essence.

Joumblatt a conclu : « C’est l’état de l’État aujourd’hui, et nous sommes en faveur de donner la carte financière au citoyen qui en a besoin, tout comme le Syrien déplacé, peut la prendre des Nations Unies. «