SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Karaki à Sawt Beirut International : Nous travaillons pour donner aux assurés une pension à vie après la retraite

Omaima Shams El Din

Après que les indemnisations des assurés se soient évaporées au vu du taux de change élevé du dollar, le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale, le Dr Muhammad Karaki, a révélé dans un entretien à Voice of Beirut International que le travail se fait sur deux axes afin de compenser au maximum ce que l’assuré a perdu après que son indemnisation ait perdu plus de 90 % de sa valeur.

Le premier axe Karaki a déclaré : « Nous donnons à ceux qui le souhaitent une pension à vie dans le cadre du système de protection sociale pour la retraite.

Notant que l’augmentation du taux de change officiel à 15 000 livres libanaises motive tout le monde à accélérer ce système, sur lequel l’administration de la sécurité a travaillé.

Il espère qu’il sera accepté par les employeurs, l’État et les travailleurs afin de formuler ce système dans sa forme définitive.

Notant que ce système a été élaboré par l’administration des assurances pendant une période de cinq mois par l’intermédiaire d’un comité constitué au sein du fonds de garantie à la demande du ministre du travail Mustafa Bayram et en coopération avec l’Organisation internationale du travail, qui a fourni les études actuarielles nécessaires assurer la pérennité et la solvabilité financière de ce nouveau système.

Il a précisé que le salaire de la retraite sera revu annuellement en fonction de l’augmentation du salaire moyen dans la sécurité sociale.

Karaki a également évoqué un autre projet sur lequel le Fonds a travaillé, qui nécessite le paiement d’une compensation à un taux de change de 3 900 ou 8 000 livres libanaises.

Révélant qu’il y a une difficulté à la mettre en œuvre au regard de la politique du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh, qui s’emploie à absorber les liquidités en livres libanaises du marché, et d’un sceau Karaki sur l’État pour aider les employés dont la rémunération s’est évaporée et de trouver une solution pour doubler l’indemnité qu’ils perçoivent avec des chèques de la caution décuplés, quintuplés ou quadruplés, selon les possibilités financières de l’état.