SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 July 2022, Sunday |

Karam à SBI : Des discussions sont en cours pour se mettre d’accord sur le nom d’un premier ministre

Jinane Cheaib
A A A
Imprimer

A l’approche de la date des consultations parlementaires, le représentant Fadi Karam a confirmé, à Sawt Beirut International, que des discussions ont lieu avec toutes les forces souveraines et indépendantes pour parvenir à la nomination d’un président désigné qui respecte le cahier des charges mis en avant, notamment celui qui préserve la souveraineté de l’Etat libanais et assure la restauration des institutions constitutionnelles dans une logique de transparence.

Karam a également indiqué : « nous ouvrons des espaces de coopération avec les blocs de changement et les indépendants, pour la désignation d’une personnalité indépendante, pour œuvrer pour aider le Liban dans le cadre d’un projet de sauvetage et de réforme rapide, conformément aux normes de la constitution et de la loi. »

Concernant la nomination du député Ashraf Rifi au poste de premier ministre, Karam a affirmé que « jusqu’à présent le nom de Rifi n’est pas proposé pour le poste de premier ministre, indiquant que la relation entre eux est basée sur la fraternité et l’amitié, et Rifi est notre « allié » politique et le choix du nom de la candidature pour la position de premier ministre est basé sur les discussions soulevées avec les alliés, y compris le représentant Rifi. »

Karam a estimé que « Nous décidons de faire face à la milice du Hezbollah, et de parvenir à un équilibre politique avec cette dernière », et il a souhaité que les blocs du « Changement » coopèrent pour parvenir à l’équilibre nécessaire pour sortir le pays du fond de ses crises causées par cette milice.

Concernant l’appel du président Aoun à des consultations parlementaires tardives, Karam a déclaré : « Il ne fait aucun doute que le président de la République et le Courant patriotique libre (CPL), ont entamé les négociations en vue de former le gouvernement avant la désignation du nom du premier ministre. »

Il a estimé que, comme d’habitude, le CPL et ses assistants exploitent tous les moyens et toutes les questions nationales pour renforcer sa continuité et obtenir des centres et des sites pour établir sa présence au sein de l’État dégradé, soulignant que le CPL n’a pas de plan de réforme, mais plutôt des plans pour détruire et appauvrir l’État avec ses alliés iraniens.