SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Katicha: Bassil se comporte comme s’il était le président de la république

Le député Wehbe Katicha a confirmé que « le chef du Mouvement patriotique libre, Gibran Bassil, se comporte comme s’il était le président de la république, et avec ce système il est impossible de sauver le Liban et tout futur gouvernement sera similaire au gouvernement actuel.»
Il a ajouté: « Parler positivement de la formation du gouvernement, c’est comme des théories, mais la chose la plus importante est l’application.Celui qui a perturbé la formation des gouvernements et les élections présidentielles veut lui-même léguer la présidence à ses proches. »
Dans une conversation télévisée,Katicha a souligné qu' »au cours des mois précédents, le respect prévalait entre les parties, mais aujourd’hui la situation est difficile entre le Premier ministre désigné Saad Hariri et Gibran Bassil, et il y a une situation similaire à un divorce complet ».
Il a vu que « la classe dirigeante est terrifiée et s’accroche à un gouvernement de quotas par peur des résultats des prochaines élections législatives ».
Il a dit : « Je soutiens les pouvoirs du président jusqu’au bout, et le premier ministre désigné doit aller voir le président de la république et parler clairement de la formation du gouvernement, mais je ne sais pas ce qu’il y a entre eux, je ne sais pas si Hariri démissionnera. »
Il a dit : « Nous n’avons pas participé au gouvernement parce que ce sera des quotas. Comment un gouvernement non réformiste peut-il arrêter l’effondrement, et une fois que ce sera le cas, les organismes internationaux ne paieront pas l’argent? »
Concernant la Démission du Mouvement patriotique libre , il a déclaré que  » Gibran Bassil ne fait pas tout ce qu’il dit, et nous devons attendre pour voir s’il démissionne du Parlement. Si le bloc Liban fort démissionne,nous le faisons directement. »
Il a révélé qu’« il y a 30 ans, je n’ai jamais cru au « Patriotique libre ».
Il a souligné qu’« il n’y a pas de probleme entre nous et le mouvement Futur dans les perspectives stratégiques, même si nous différons dans la décision, et il est naturel que le mouvement électoral démarre dès maintenant, avant quelques mois. »
Concernant la demande de certains pour un gouvernement militaire, katicha a déclaré: »L’armée fait pleinement ses tâches, surtout dans ces circonstances difficiles, et il n’est pas permis de corrompre l’armée avec l’autorité, et elle est incapable de mener à bien l’opération de sauvetage parce que le sauvetage est politique et non pas militaire. »
Il a estimé que « la France tient à garder l’armée forte, et le président Macron a bien vu la faiblesse des dirigeants et leur manque de responsabilité, et de là, il a reçu le commandant de l’armée et a envoyé des messages aux personnes concernées ».
Katicha a également souligné que « le chef du Parti des Forces libanaises, Samir Geagea, a une forte popularité et une forte personnalité, car il n’a aucun objectif de quotas dans l’État, et s’il atteint la présidence, son objectif est de construire un État pour tous le monde.Si Geagea était corrompu, ils l’aimeraient. »
Et il a ajouté : « Si notre objectif était la présidence de la république uniquement, nous aurions participé à tous les quotas qui nous étaient proposés.Notre seul souci est de sauver la république pour qu’elle reste une présidence, et la pression de la communauté internationale dicte que les élections législatives se tiennent à temps. »
Et à propos de ne pas inviter les « forces » au Palais des Pins avec les forces du changement, il a déclaré : « Il n’a pas été possible d’inviter les Forces libanaises à une réunion avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avec la société civile, car elle fait partie du Parlement. De là, les « Kataeb » et Michel Moawad et d’autres ont été appelés.
Il a déclaré : « La communauté internationale considère les « Forces libanaises » comme le changeur numéro un, et que nous sommes des leaders dans la réforme et le changement.»
Il a souligné que « nous ne nous disputons pas avec le « kataeb » meme s’ils nous insultent quotidiennement.
Concernant l’accord de Maarab, il a déclaré : »Nous voulions construire un État,et c’est pour cela nous avons tendu la main aux parties, mais il s’est avéré qu’elles ne voulaient pas d’État.