SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

Khalaf à SBI : Nous resterons au parlement jusqu’à l’ouverture des sessions successives pour élire un Président de la République

Oumayma Shams Al-Din
A A A
Imprimer

Dans une démarche sans précédent au Liban, les députés Melhem Khalaf et Najat Saliba ont fait un sit-in à la Chambre des représentants depuis jeudi dernier, après l’échec de la 11ème session pour élire le Président de la République. Ce mouvement vient comme une expression de mécontentement envers la situation actuelle et pour exiger que les sessions de la Chambre des représentants restent ouvertes jusqu’à ce qu’un président soit élu, comme l’a dit le député du changement Melhem Khalaf lors d’un entretien avec Sawt Beirut International, qui a averti que nous sommes devenus dans une position de danger de la chute de la démocratie et de la transition vers des dictatures sectaires, sectarisme, et clientélisme, indiquant que nous n’avons pas de gouvernement, ni de président de la république, et que la Chambre des représentants est incapable d’élire le président, et que le pays a un besoin urgent d’un travail institutionnel régulier et de quelqu’un pour faire face aux crises accumulées au niveau de l’éducation, de la santé et de la vie, avec la hausse insensée continue du taux de change du dollar, qui a dépassé 50 mille livres libanaises.

Il a déclaré : « Nous ne pouvons pas nous soustraire à nos responsabilités, et nous devons élire le président de la République. L’article 74 de la Constitution libanaise indique que lorsque la présidence de la République devient vide, le Parlement doit se réunir immédiatement et conformément à la loi. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en train de faire une objection ou un sit-in, mais plutôt d’accomplir un devoir national, constitutionnel, légal, humain et moral, et les 128 députés sont obligés d’être à l’intérieur de la Chambre des représentants jusqu’à l’élection d’un Président de la République. »

Khalaf a souligné qu’un président de la république doit être élu rapidement. Il a révélé qu’ils resteront au parlement jusqu’à l’ouverture des sessions successives pour élire le président. Il a déclaré : « Nous appliquons la constitution et nous voulons un processus de sauvetage pour l’État, la république et la démocratie. Nous avons besoin d’un sauvetage, et nous n’avons pas besoin de solutions et de règlements. Le pays ne peut pas supporter d’attendre, et la responsabilité pèse sur chacun d’entre nous, pour compléter l’élection présidentielle. »

    la source :
  • Sawt Beirut International