SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 October 2021, Wednesday |

La Banque mondiale : Nous sommes prêts à aider le Liban et à mettre en œuvre des réformes urgentes

Après avoir rencontré le ministre libanais des Finances, Youssef Khalil, le directeur régional de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jah a affirmé être prêt à soutenir les efforts pour faire face aux crises au Liban.

Vendredi, le ministre Khalil a reçu une délégation de la Banque mondiale dirigée par Kumar Jah, « et ils ont discuté des projets en cours avec la Banque mondiale. »

Après la réunion, Kumar Jah a déclaré : « Nous affirmons que nous sommes prêts à soutenir les efforts visant à résoudre les crises aiguës au Liban et à mettre en œuvre des réformes urgentes. »

Et il a poursuivi : « Aider le gouvernement à résoudre la crise du secteur de l’électricité est une priorité pour nous. Nous sommes prêts à aider le gouvernement à relever les défis dans ce secteur, à faire avancer les réformes et à aider à augmenter la production d’électricité dans le pays, et aussi à travailler avec les pays partenaires pour apporter du gaz et de l’électricité afin de résoudre le problème. »

Il a ajouté : « Nous aimerions être des partenaires pour soutenir ces efforts, étant donné l’importance de ce secteur. »

Il a également évoqué l’existence d’un « partenariat solide avec le ministère des Finances », ajoutant : « Nous nous sommes concentrés sur un certain nombre de problèmes très critiques auxquels le Liban est confronté et sur la manière dont le Groupe de la Banque mondiale peut soutenir le Liban. »

De plus, il a annoncé qu’ils ont discuté « de la nécessité d’accélérer la mise en œuvre du projet de filet de sécurité sociale, qui aidera plus de 200 000 familles au Liban, ce qui est une priorité pour le gouvernement, et pour nous aussi, et dont la mise en œuvre a été retardée. Par conséquent, nous avons demandé au ministre des Finances d’aider à faire avancer la mise en œuvre du projet. »

Et il a ajouté : « Nous avons parlé de la nécessité de ramener les enfants libanais à l’école et à l’apprentissage, ce qui est très important. La Banque mondiale souhaiterait être un partenaire dans cet effort, étant donné son importance. »

« Nous avons également discuté, de manière générale, de la coopération en termes de macroéconomie, de politique fiscale, de développement du secteur privé et d’autres réformes », a conclu M. Kumar Jah.