SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

La Chambre des représentants a-t-elle le droit de rejeter cette affaire?

L’ancien président du Conseil de la Choura, le juge Shukri Sader, a affirmé qu’en principe, le secrétariat général de la Chambre des représentants n’a pas le droit de refuser de recevoir les notes de notification émises contre les anciens ministres Ali Hassan Khalil, Ghazi Zuaiter et Mashnouk, en raison du principe de coopération entre les autorités exécutives, législatives et judiciaires.

Émis et dans des déclarations à « Al-Central », il a indiqué que: « Il est d’usage que la notification soit placée auprès du Secrétariat général de la Chambre des représentants, et lorsque le représentant y assiste, il est notifié.
Aujourd’hui, nous n’attendons plus l’application de la loi, et il y a deux partis, les pouvoirs législatif et exécutif, qui érodent et calomnient le pouvoir judiciaire, et donc tous les moyens d’obstruction qui n’existaient pas auparavant, du fait de la coopération qui existaient entre les autorités, sont utilisées pour empêcher l’enquêteur judiciaire d’exercer ses fonctions.  »

Elle a ajouté: « Il ne faut pas oublier que sans les soupçons de l’enquêteur judiciaire, il n’aurait pas insisté à ce point pour qu’ils soient entendus pour éclaircir cette affaire.

Sader a ajouté: « L’immunité a été accordée au député en sa qualité de représentant du peuple, et le peuple est la source de l’autorité, elle lui a donc été accordée afin que les personnes qui parlent en son nom par procuration ne soient pas réduites au silence. .  »

Il a poursuivi: « C’est pourquoi le député ne peut pas lever son immunité, car il n’en est pas le propriétaire, mais plutôt le peuple. »

Il a poursuivi: « Le Palais de justice a été visé en arrêtant les formations. Si cela avait passé, cela aurait constitué un saut qualitatif dans les performances de la Cour Judiciaire.  »

Sader a fait référence aux enquêtes du port et a déclaré: « Le premier enquêteur judiciaire que nous n’avons pas aimé, le juge Fadi Sawan, qui semble avoir été attaqué et veut connaître la vérité, « nous l’avons laissé tomber de sa position », et nous sommes arrivés à le second et lui devait notre doigt, pour le menacer.  »

Il a dit: « Que reste-t-il à la cour de justice ? Qu’ils ferment la cour de justice et gèrent les affaires judiciaires du pays.  »

Il a ajouté: « Ce qui se passe est très imparfait. »

Il a conclu: « Les Libanais devraient se fixer un objectif en tête, déraciner cette classe politique corrompue et éradiquer ce cancer endémique, en recherchant un changement dans les sondages lors des prochaines élections. « 

    la source :
  • Almarkazia