SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 May 2022, Wednesday |

La Coalition Populaire contre les Broyeurs : Pour fermer la porte de la destruction

La Coalition populaire contre les mines, les concasseurs et les cimenteries, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, a estimé que « le sol du Liban appartient au peuple, et les entreprises de terre n’ont pas le droit de le monopoliser et de le transformer en poussière cancérigène qui détruit la vie des habitants des villages voisins. »

Dans une déclaration, il a appelé le gouvernement intérimaire à « mettre fin à la conspiration contre le sol libanais et la vie des habitants de Koura, et à mettre fin à la guerre de génocide menée contre eux par les usines de terre et leurs carrières hors-la-loi », notant que « les entreprises de terre ont commis un nombre énorme de crimes environnementaux et sanitaires durant le dernier délai indéfini. » La légitimité que le gouvernement de Hassan Diab a donné sous le prétexte d’obtenir du ciment pour le peuple à un prix réduit, et il a causé une destruction massive qui a atteint une étendue dangereuse dans l’enceinte du cours de la rivière Asfour dans les terres résidentielles de Kafr Hazir et dans les montagnes d’oliviers à Badhaboun ».

La coalition a appelé le gouvernement intérimaire à « cesser de demander des sommes d’argent aux entreprises du sol sous divers prétextes et à ne pas donner de nouveaux délais suspects, à s’attaquer à la base du problème et non à ses conséquences, à abandonner les prétendus projets de réhabilitation et de récupération, et à empêcher les entreprises du sol qui ont détruit des kilomètres de terrains de construction à Kafr Hazir et de terres agricoles à Badhaboun ou toute autre personne d’entrer dans ces zones détruites pour une période de dix ans, jusqu’à l’achèvement des enquêtes, des procès, des nouvelles et des dossiers que le pouvoir judiciaire examine ».

Il a appelé à « ouvrir la porte à l’importation réelle de ciment et à fermer la porte à la destruction et au monopole », déclarant que « les cimenteries du Liban sont parmi les plus polluées, les plus destructrices et les plus monopolisées du monde, et leur fermeture est devenue une nécessité humanitaire et nationale ». Un travail décent pour les travailleurs des entreprises du sol et pour un grand nombre de chômeurs.