SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

La commission de l’administration et de la justice approuve les articles du projet de création d’un syndicat de spécialistes dans le domaine de la nutrition

La commission de l’administration et de la justice a tenu une session dirigée par le vice-président du parti des Forces libanaises, le député George Adwan, en présence du rapporteur spécial de la session, le député Ibrahim Azar, des députés George Okeis, Ali Khreis, Samir Al-Jisr, Bilal Abdullah, Bahia Hariri, Nazih Najm, Adnan Traboulsi, et du représentant du ministère de la Santé publique Antoine Romanos.

La commission a commencé sa session par le suivi de l’étude de la proposition de loi visant à exempter certains permis de construire de taxes selon des modèles de conception, après avoir examiné les raisons impérieuses et la loi actuelle et écouté une explication de la proposition, de la députée Bahia Hariri, et examiné le rapport de la Commission des travaux publics et des transports et le rapport de la Commission des finances et du budget, et après avoir délibéré et la discussion entre les membres de la commission, il a été décidé de reporter la décision sur la proposition susmentionnée et d’inviter les parties concernées et de les écouter avant de prendre une décision finale.

La commission est ensuite passée à l’étude du projet de loi contenu dans le décret n° 8639 du 8/8/2012, qui vise à établir un syndicat de nutritionnistes et de spécialistes de la planification des repas au Liban. La commission a donc examiné les raisons impérieuses et le rapport de la commission parlementaire de la santé, d’autre part, et elle a écouté l’avis du représentant du ministère de la santé, qui a exprimé son approbation du projet et a considéré que son approbation était devenue nécessaire pour contrôler la pratique de la profession de nutrition et l’organisation des repas au Liban. La commission a terminé l’étude des articles des premier et deuxième chapitres du projet et les a approuvés après avoir apporté des modifications à certains d’entre eux.

En raison du manque de temps, la commission n’a pas été en mesure d’étudier le reste de son ordre du jour, elle a donc décidé de lever la séance pour poursuivre ses travaux lors de la séance de mardi prochain.