SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 October 2021, Wednesday |

La Confédération générale du travail met en garde… Le Liban s’approche de la grande explosion

L’Union générale du travail a averti dans un communiqué que « les pauvres et les travailleurs sont proches de la mort, et le Liban s’approche de la grande explosion ».

Il a déclaré: « Aujourd’hui, nous tirons la sonnette d’alarme, après le carburant vient les médicaments, et demain encore les produits de base et le pain. »

Des rencontres ont eu lieu entre le souverain, qui refuse toute prise en charge de plus de 50 millions de dollars par mois sur tout ce qui est médical, et le ministre coincé entre importateurs et distributeurs, pour tout, sauf les médicaments et les pharmaciens.

Il a demandé : « Le ministre a-t-il demandé l’aide d’organisations internationales avant d’accepter une rationalisation du soutien ? Car cette décision a de graves répercussions sur la santé du citoyen et sa capacité à se procurer des médicaments.

Son Excellence le Ministre a-t-il demandé des études actuarielles aux assurances et autres garants pour savoir dans quelle mesure une augmentation de la subvention affecterait l’équilibre financier de ces entités?

Ces instances ont-elles pris l’initiative de réaliser ces études, afin qu’elles puissent donner leur avis autrement qu’en assistant aux réunions ?

La garantie et la coopérative ont-elles la capacité financière de couvrir ces augmentations ?

L’assuré, l’employé, l’ouvrier, le professeur, le retraité, le militaire, l’entrepreneur et le journalier paieront-ils les différences des augmentations de prix folles avec ce qu’il paie aujourd’hui en termes de différences d’hôpitaux et de fournitures médicales ?  »

N’avez-vous pas demandé d’où les pauvres obtiendraient le prix des médicaments et des fournitures médicales ? »

Le communiqué ajoute: « Tout le monde se tourne vers la médecine comme une question de soutien financier ou de rationalisation du soutien financier, dirigé par le dirigeant, et nous n’avons vu personne se soucier du citoyen et de sa santé. »

Le gouverneur et tous les responsables de ce dossier sont tenus de maintenir un soutien au médicament et à la miche.

Ce qui est demandé au ministre, ainsi qu’à la Sécurité sociale et aux fonds de garantie, c’est un « guichet unique » rejetant la politique de rationalisation des subventions aux médicaments, à l’exception de l’existence d’une alternative, qui est l’aide des organisations internationales.

Et il a déclaré, « le rejet complet de la rationalisation des subventions sur les médicaments et le pain, et de nuire également aux précautions obligatoires ».

Il a poursuivi: « Le financement n’est pas de notre responsabilité, en l’absence de responsabilités, d’accusations et de l’incapacité de former des gouvernements. »

La déclaration a conclu : « Attention, attention, attention, les pauvres et les travailleurs approchent d’une mort inévitable, et le Liban approche de la grande explosion ».