SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

La crise de médicament au Liban…

Le président du Syndicat des importateurs des médicaments, Karim Jbara, a indiqué que « depuis le début de l’année, il n’y a pas eu de changement dans le domaine de médecament à l’exception de quelques améliorations techniques en obtenant des autorisations d’importation, et le dilemme est que le montant alloué de 25 millions n’est pas suffisant pour répondre aux besoins des patients libanais, et à notre avis, le besoin est de 50 millions. »

Il a ajouté dans une interview à la radio que « les médicaments anticancéreux qui viennent de l’étranger sont insuffisants », soulignant que « la carte de médicament est un soutien direct pour le patient ».

De son côté, le président de l’ordre du Syndicat des pharmaciens,Joe Salloum, a indiqué que « la carte de médicament unifie les fonds, et c’est la solution qui autorise le patient à acheter le médicament directement à l’intérieur de la pharmacie », notant que « le ministère de la Santé est celui qui fixe le prix du médicament. » Il a également estimé qu’une urgence de médicament devait être déclarée et une conférence des donateurs convoquée pour soutenir la carte.

Par ailleurs, le chef de la commission parlementaire de la santé, le député Assem Araji, a déclaré: « Nous avons élevé la voix pour porter les subventions aux médicaments à 50 milliards de dollars car le montant alloué aux maladies incurables, chroniques et cancéreuses est insuffisant. Il y a le chaos dans le pays et la contrebande à travers les points de passage. »