SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

La décision du Conseil constitutionnel sera-t-elle rendue aujourd’hui?

Des informations de presse ont révélé que 7 membres des juges du Conseil constitutionnel ont assisté à ce jour, et lorsque le huitième membre comparaît, la session commence. L’information laissait entendre qu’aucune décision ne serait rendue ce jour par le Conseil constitutionnel, l’accord n’étant pas conclu.

L’information ajoute : « Aucune décision ne peut être rendue par le Conseil constitutionnel aujourd’hui avant 14 heures, car la session peut être prolongée ».

Les informations d’An-Nahar révélées dans la matinée portaient sur le déroulement de ce qui s’était passé ces dernières heures, et confirmaient que le président Najib Mikati avait en fait fait sauter un accord qui était en cours d’élaboration entre le duo chiite d’une part et la présidence de la République et le chef du Mouvement patriotique libre, le représentant Gebran Bassil de l’autre.

Elle repose sur l’articulation d’une décision rendue par le Conseil constitutionnel, notamment sur la question du vote des expatriés, à la droite ligne du bloc libanais fort.

En consacrant l’exclusion de l’enquêteur judiciaire dans l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tarek Bitar, de la partie relative au procès des présidents, ministres et représentants.

Il a également été signalé que si l’accord avait abouti, il se serait étendu vers le limogeage du pouvoir judiciaire et la nomination de putschistes à sa place.

Même si les cercles de Baabda et du « Mouvement patriotique libre » se sont empressés de démentir tout « échange aux dépens de la justice ».

An-Nahar a appris que Mikati s’est précipité pour rencontrer Berri et l’a clairement informé de son rejet de toute proposition similaire et de tout accord similaire et de son refus d’être un faux témoin d’une telle tendance.

Le Conseil constitutionnel a un délai qui expire aujourd’hui, et si la situation persiste, le président du Conseil, le juge Tannous Mehleb, annoncera qu’il n’y a pas de décision sur le recours, ce qui signifie que la loi électorale modifiée en novembre 13 session devient exécutoire.

Il est à noter que le quorum du Conseil constitutionnel est de 8 membres sur dix et que la décision doit être prise à la majorité de 7 membres.