SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

La justice militaire étudie ses options après l’abstention de Geagea

Comme prévu, le chef du parti des « FL », Samir Geagea, a refusé de comparaître devant la branche enquête des renseignements de l’armée, en réponse à une convocation délivrée par le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, qui a demandé que son témoignage soit saisi en tant qu’auditeur dans le dossier des événements de Tayouneh.

Cela fait suite à des aveux faits par des détenus des Forces libanaises.

En conséquence, le juge Akiki a demandé qu’il dépose le procès-verbal relatif au cas du Dr Geagea.

Une source judiciaire au sein du tribunal militaire a indiqué à « Sawt Beirut International » que le dossier « est désormais sous la garde du parquet militaire pour l’étudier et prendre les mesures appropriées ».

En réponse aux critiques généralisées à l’encontre de la justice militaire et de ce qui a été considéré comme des transgressions de « la conduite des enquêtes préliminaires, malgré les allégations contre les suspects dans les événements de Tayouneh, et leur renvoi au juge d’instruction militaire, qui met les catégorie de ciblage politique du parti « Forces libanaises » et de son chef, Samir Geagea et ses partisans.

La source judiciaire a rappelé que « la demande du parquet, et l’intervention du juge d’instruction militaire dans le dossier, n’annulent pas le rôle du ministère public dans l’achèvement des enquêtes et des investigations et dans la collecte des preuves et des informations ».

Il a souligné que « les services de renseignement de l’armée scrutent toujours le contenu des caméras de surveillance, et donc, si d’autres personnes impliquées dans les affrontements apparaissaient, et si celles qui tiraient sur les manifestants ou vers Ain al-Remmaneh empiraient, elles seraient arrêtées.  »

Il a souligné que « les enquêtes du Parquet Militaire, incluent toutes les personnes impliquées qui n’étaient pas couvertes par les procédures précédentes, de sorte que les poursuites seront engagées contre eux et qu’ils seront rattachés à la première allégation.  »

    la source :
  • Sawt Beirut International