SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2021, Wednesday |

La justice militaire revendique 68 personnes dans les événements de Tayouneh…

« Sawt Beirut International » a appris que le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le juge Fadi Akiki, avait porté des accusations contre 68 personnes dans les événements de Tayouneh.

Et quiconque est révélé par l’enquête comme auteur, partenaire, instigateur ou s’ingérant dans les crimes de meurtre, tentative de meurtre, incitation aux conflits sectaires, incitation à la bagarre entre les membres de la nation, atteinte à l’autorité et au prestige de l’État et sabotage de l’opinion publique et propriétés privées.

L’accusation comprenait 18 détenus, et les autres sont des fugitifs de la justice, dont un responsable de la sécurité maarab (le quartier général du commandant des Forces libanaises Samir Geagea), Simon Mousalem, deux du mouvement « Amal », deux personnes d’affiliation syrienne et un membre de l’armée libanaise.

Les autres viennent de la région d’Ain al-Remmaneh et des partisans des Forces libanaises.

Akiki a renvoyé les détenus au premier juge d’instruction militaire par intérim, le juge Fadi Sawan, et a laissé à ce dernier le soin de trancher la question de la convocation de Geagea et d’écouter son témoignage dans cette affaire.

    la source :
  • Sawt Beirut International