SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

La porte-parole du département d’État américain à « Sawt Beirut International »: les sanctions sont un message aux corrompus

Rania Ghanem
A A A
Imprimer

Trois nouveaux noms d’affiliations politiques et religieuses différentes, le député Jamil Al-Sayed et les hommes d’affaires Jihad Al-Arab et Danny Khoury, ont été inscrits sur la liste des sanctions des États-Unis d’Amérique pour suspicion de corruption et contribution à l’atteinte à l’état de droit en Liban.Quel est le but de ces sanctions? Les sanctions contre Jihad Al-Arab sont-elles un message indirect à Saad Hariri, et y aura-t-il d’autres sanctions contre des personnalités éminentes dans la prochaine étape? Ces questions et d’autres sont répondues par la porte-parole régional du Département d’État américain,Geraldine Griffith, dans une interview exclusive avec « Sawt Beirut International ».

Griffith a déclaré: « Comme l’a clairement indiqué le secrétaire d’État Anthony Blinken, ces sanctions sont un message clair que les États-Unis cibleront la corruption au Liban. Nous cherchons à renforcer la responsabilité et à soutenir le peuple libanais dans sa demande d’un gouvernement qui s’engage à remplir ses fonctions et capable de prendre les mesures radicales et nécessaires pour résoudre les difficultés auxquelles le Liban est confronté, telles que le manque d’eau et d’électricité et d’autres difficultés. »

Elle a ajouté: « Ces personnes ont été choisies en raison de leur longue histoire de corruption et de l’augmentation des souffrances du peuple libanais ».

Elle a souligné que le processus d’imposition de sanctions est une question très complexe et juridique qui prend beaucoup de temps, notant que les États-Unis sont en contact permanent avec leurs partenaires au sein du gouvernement afin de recueillir des informations pour imposer des sanctions, et s’engagent à faire tout pour cibler les corrompus.En vertu des sanctions, les biens et intérêts des trois hommes aux États-Unis sont gelés.Ces sanctions empêchent les citoyens américains et les entreprises, y compris les institutions financières présentes aux États-Unis, de faire de cooperer avec eux.

Elle a noté: « cela contribuera à éliminer les corrompus au Liban, y compris les alliés et les opposants du Hezbollah, qui exploitent les ressources libanaises pour faire avancer les programmes étrangers. »

Concernant la question de l’envoi de messages indirects par les États-Unis à Saad Hariri,Griffith a expliqué: indépendamment de toute affiliation politique ou religieuse, les États-Unis cherchent à cibler et à demander des comptes aux corrompus, et ce message s’adresse aux corrompus au Liban et à tous les Libanais, les parties et les autorités pour les exhorter à accomplir leurs devoirs.

Elle a noté que les États-Unis, ainsi que la communauté internationale et les pays européens, cherchent des moyens poure renforcer la responsabilité au Liban et exhorter les autorités à prendre les mesures nécessaires pour résoudre les difficultés actuelles et empêcher leur réapparition.

Concernant la position des États-Unis du gouvernement actuel, que le Hezbollah a contribué à former, elle a dit: La composition du gouvernement est une question qui appartient au peuple libanais, et ce qui nous importe, ce sont les actions de ce gouvernement, et nous le jugerons sur la base de ces actions.

    la source :
  • Sawt Beirut International