SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

La réalité économique change les comportements des consommateurs

L’effondrement de la livre libanaise et, avec elle, la baisse du pouvoir d’achat des citoyens ont réorganisé les priorités des consommateurs, les salaires ne suffisant même plus à acheter de la nourriture pour de nombreuses familles. Certaines parlent de rationner la consommation de certains produits alimentaires comme l’huile, le fromage et la viande, et certaines familles ont complètement abandonné ces produits.

Cette réalité a affecté certains secteurs de l’industrie alimentaire, notamment la fabrication de produits alimentaires préparés, qui occupent une place sur la table des repas du Ramadan.

Faible demande

Tony Cherfan, président de Tony’s Food pour les produits alimentaires prêts à consommer, a déclaré à Sawt Beirut que la demande pour les produits de l’entreprise au cours des six derniers mois a diminué de 60 %. Il a déclaré :
« Ces produits sont devenus un luxe pour le plus grand nombre de familles libanaises après l’effondrement économique ». Ces produits sont consommés lors d’occasions familiales et achetés par les étudiants et les femmes au foyer pour leur facilité de préparation.

Le coût le plus important

Les prix de ces produits ont augmenté dans les points de vente, mais les nouveaux prix ne couvrent pas le coût de production, selon Cherfan. Le coût de l’énergie constitue la plus grande part du coût de cette industrie, car les produits ont besoin de réfrigérateurs pour maintenir leur qualité. Les coûts énergétiques sont passés de 1 800 à 28 000 dollars par mois pour l’entreprise qui a démarré en 1988. La crise ukrainienne a contribué à augmenter le prix des matières premières et donc à doubler le coût.

Fresh Dollars

Les matières premières, les emballages usagés et les coûts énergétiques sont payés en « Fresh Dollars ». Certaines usines ont également commencé à payer 50 % du salaire des ouvriers en Fresh Dollars.

Nouvelles stratégies et nouveaux marchés

Les entreprises ont commencé à travailler sur des stratégies adaptées aux besoins des marchés émergents. « Tony’s Food » a commencé à réduire la taille des portions qu’elle vend, en proposant des emballages d’un demi-kilogramme au lieu d’un kilogramme pour le Knefeh, par exemple, afin de s’adapter à la réalité de la demande et au faible pouvoir d’achat des citoyens. Alors que certaines entreprises ont décidé de remplacer certaines des matières premières utilisées par d’autres de marques différentes à un prix inférieur, Cherfan considère que cette option n’est pas viable mais qu’elle affectera la qualité du produit.

L’entreprise a décidé de réduire le nombre d’employés par équipe pour économiser de l’énergie et ainsi réduire les coûts de production.

Comme c’est le cas dans d’autres industries, la nouvelle réalité a incité les entreprises à chercher de nouveaux marchés, après que le Liban soit devenu un environnement défavorable aux affaires en raison du manque de stabilité.

Comme d’autres entreprises, « Tony’s Food » a commencé à penser sérieusement à se diriger vers les marchés européens tels que la France et l’Allemagne, qui sont des marchés prometteurs pour le secteur des produits alimentaires préparés, selon Cherfan.

    la source :
  • Sawt Beirut International