SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 February 2023, Wednesday |

La réunion de Paris ne conduira pas à un président

Les Libanais – qui attendent des solutions qui viennent de derrière les frontières – attendent avec impatience la réunion quadripartite sur le Liban à Paris, à laquelle participeront la France, les États-Unis d’Amérique, le Royaume d’Arabie saoudite et l’État du Qatar, car elle devrait avoir lieu à la fin de ce mois ou au début du mois de février prochain, et sa date n’a pas encore été déterminée de manière définitive.

Et une source diplomatique révèle, via l’agence « Akhbar Al-Youm », que la réunion de Paris ne conduira pas à un président de la République, expliquant les raisons liées aux quatre piliers de la réunion, car la France veut surtout envoyer un message qu’elle est toujours intéressée par le dossier libanais et son président, Emmanuel Macron, cherche à trouver des solutions, mais qu’il ne déploie pas tous ses efforts, sachant que la France a essayé de jouer un rôle plus important dans ce domaine, mais qu’elle n’y est pas parvenue car le rôle de Paris est lié à une coordination américaine avec elle, alors que les États-Unis n’ont pas encore pris la décision d’entrer directement dans le dossier présidentiel libanais.

D’autre part, la source souligne que la France parle en fonction de ses intérêts avec le Royaume d’Arabie Saoudite, et ne veut pas placer Riyad à une place qu’elle rejette. Quant au Qatar, il cherche à prendre en compte le Royaume afin de préserver la récente réconciliation entre eux. Ainsi, on peut dire que la balle libanaise est dans le camp du Royaume, qui n’a pas avancé d’un pouce vers le renforcement de sa présence à Beyrouth.

Et la source diplomatique a conclu : La meilleure preuve que Riyad n’est pas très impliqué dans le dossier libanais est que ce dernier ne soutient pas ses forces alliées qui ont désigné le député Michel Moawad pour la présidence, de même qu’il n’a influencé dans aucun sens les représentants sunnites, plus précisément le bloc modéré qui gravite autour de ce dernier.

    la source :
  • Akhbar Al-Yawm