SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

La Réunion de Saydet Al-Jabal dénonce la campagne contre Al-Rahi: Nous agirons a moins que cela ne s’arrête

La « Réunion de Saydet Al-Jabal » a tenu sa réunion ordinaire et a publié une déclaration dans laquelle il a déclaré :

« Comme il le fait habituellement dans l’évaluation nationale, le secrétaire général du Hezbollah a encore commis une erreur, considérant que ce qui s’est passé dans le port, Khaldeh et Shuya était un plan qui a été mis en œuvre pour frapper la résistance islamique au Liban et son environnement.

Depuis un an et demi, le Hezbollah travaille avec certaines associations et groupes pour convaincre les Libanais que leur crise nationale est causée par la corruption et la mauvaise gestion.

Pourtant, les Libanais ont réussi, selon des critères de mesure politique, à déterminer la cause de la crise nationale générale et à la considérer comme un produit de l’occupation iranienne.

C’est ce qu’ils ont affirmé le 4 août, et qu’il n’y a de solution que par une conférence internationale, afin d’aider le Liban à mettre en œuvre la constitution, le document d’accord national et les résolutions de légitimité internationale 1559, 1680 et 1701.

Nous appelons l’armée à s’engager à mettre en œuvre ces décisions, en coopération avec les forces internationales opérant dans le sud du Liban, la FINUL, pour protéger le Liban et l’empêcher de devenir un champ de bataille, au lieu de se concentrer sur la poursuite des militants politiques.  »

Il a ajouté: « La réunion de Notre-Dame de la Montagne dénonce, dans les termes les plus forts, la campagne de trahison contre le Patriarche d’Antioche et le reste de l’Orient, le Patriarche Maronite, le Cardinal Mar Beshara Boutros Al-Rahi, à cause de son positions nationales, souveraines et historiques, notamment sur la question de l’exclusivité de la décision de guerre et de paix entre les mains de l’Etat, et le retour à l’accord d’armistice de 1949 et la neutralité du Liban.

Il appelle chacun, musulmans et chrétiens, à prendre une position claire et explicite sur ce qui se passe dans ce domaine, car se tenir aux côtés de l’Église dans sa lutte pour l’indépendance du Liban est une affaire nationale.

Et si cette campagne ne s’arrête pas complètement, il y aura des mouvements que nous annoncerons plus tard, à travers des conférences de presse organisées dans les villes et les régions.  »

Il a poursuivi: « La réunion soutient la piste judiciaire, qui est gérée par le juge Tariq Al-Bitar, dans la criminalité portuaire de Beyrouth.

Il souligne que la menace de Sayyed Hassan Nasrallah envers le juge Al-Bitar était claire lors de sa dernière comparution.

La réunion souligne que le processus judiciaire n’a pas besoin d’un consensus national, mais plutôt d’éléments pénaux que le décideur confirme et prend les mesures nécessaires.

Il a conclu: « Le crime de bombardement du port de Beyrouth doit être déféré à la Cour pénale internationale, afin de protéger l’enquête et la vérité ainsi que la protection du juge Al-Bitar.

Dans l’attente de cette réalisation, la réunion confirme son plein soutien à toutes les mesures prises par le juge Al-Bitar. «