SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

La suggestion que les médecins bénéficient de l’assurance maladie après l’âge de 64 ans… Qu’est-ce qui a été modifié?

Le comité de santé a examiné une proposition de modification de l’article 9 de la loi sur la sécurité sociale.

A l’issue de la séance, le président de la commission, le député Assem Araji, a déclaré que « l’article 9 de la loi sur la sécurité sociale précise les catégories couvertes par l’assurance maladie après l’âge de 64 ans.  »

Il a ajouté: « Toute personne assurée dans tout établissement de plus de vingt ans, et lorsqu’elle met fin à ses services à l’âge de 64 ans, son assurance maladie reste en place.  »

Il a ajouté: « Cela n’incluait pas les médecins, et le médecin est un élément essentiel du secteur de la santé, et l’assurance ne peut pas continuer sans les médecins, le ministère, la coopérative ou les institutions militaires ».

Il explique: « Le médecin est garanti et paie des cotisations mensuelles et après 64 ans n’est plus garanti. La proposition aujourd’hui est basée sur le fait que le médecin continue de bénéficier de l’assurance maladie après 64 ans, et c’est nécessaire car il travaille dans des établissements de santé. . »

Il a poursuivi: « Il y avait un accord au sein du comité pour introduire certains amendements. Nous avons convenu avec le syndicat et la sécurité sociale, de tenir des sessions pour ces amendements, et bientôt nous reviendrons à en discuter. »

Il a déclaré: « En référence au fait que les membres du comité ont accepté la proposition que les médecins aient une assurance maladie, c’est-à-dire qu’ils ne soient pas soumis au système de retraite et de retraite maladie, mais soient couverts par les équipes d’assurance maladie, c’est-à-dire le Fonds de Garantie Patients et Maternité, et c’est un travail de base. »

Il a poursuivi: « Quant au nouveau gouvernement, nous lui souhaitons plein succès car les conditions du pays ne sont plus supportables.  »

Concernant la perte du médicament, Araji a déclaré : « Le différend existait entre la Banque du Liban et les sociétés importatrices de médicaments.  »

Il a déclaré: « J’ai travaillé sur cette question avec Son Excellence le Ministre jusqu’à ce que nous trouvions une solution partielle et le coût élevé des fournitures médicales, dont les prix sont devenus ridicules. »

Il a ajouté: « Nous, en tant que comité de santé, surveillerons la situation médicale, comme nous observions avec l’ancien ministre, Hamad Hassan, qui a fait un grand effort et a eu de bonnes relations avec le comité. Nous espérons également que la même coopération avec Firas Al-Abyad sera pour le bien du pays. »