SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

La Syrie impose une taxe sur les bananes libanaises !

Akhbar Lyawm

Entre bananes, pommes et oranges, les cercles syriens ont pris feu après une décision annoncée par le gouvernement du régime dans le pays la semaine dernière, et sa mise en œuvre commencera demain, dimanche.

À la lumière de la pire crise économique que la Syrie ait connue depuis des années, le gouvernement du régime syrien a imposé une taxe de 200 livres syriennes sur chaque kilogramme de bananes libanaises importées, afin de soutenir l’achat de récoltes d’agrumes par sa filiale Syrian Trading Corporation .

Le Premier ministre du gouvernement du régime, Hussein Arnous, a approuvé la recommandation du Comité économique, basée sur la proposition du ministère du Commerce intérieur et de la Protection des consommateurs, d’imposer une taxe sur les bananes libanaises importées pour soutenir l’achat des agrumes recadrer.

La décision faisait également référence à l’attribution au ministère du Commerce intérieur de coordonner avec le ministère des Finances l’octroi au « Syrian Trade » d’une avance financière par tranches, d’une manière proportionnée à la commercialisation de la récolte d’agrumes.

Cependant, cette décision a suscité un ridicule généralisé dans les cercles syriens, alors que des commentaires se sont répandus sur Facebook indiquant que la mauvaise situation économique permet désormais au citoyen syrien de n’acheter que l’essentiel.

Les pionniers du site bleu ont souligné que les fruits sont devenus un luxe et que le citoyen syrien n’a plus le luxe de choisir parmi ses types.

Cette décision intervient après que le Comité économique a accepté la semaine dernière d’importer 50 000 tonnes de bananes libanaises, à la demande des ministères de l’Économie et de l’Agriculture, jusqu’en avril prochain.

Une crise difficile

Il est à noter que la production syrienne d’agrumes a diminué au cours de la saison 2021-2022, de 27,3 % par rapport à la production des cinq dernières années.

Le directeur du bureau des agrumes au ministère de l’Agriculture, Suhail Hamdan, a attribué la baisse de la production à des raisons, notamment l’incapacité à obtenir les quantités d’eau d’irrigation nécessaires à la croissance et au développement des fruits, en particulier aux étapes critiques de leur croissance. croissance, en plus de la diminution du parc de barrages, tandis que les fluctuations climatiques ont également joué un rôle.

Alors que la Syrie souffre d’une crise économique très sévère depuis de nombreuses années en raison de la guerre féroce qu’elle a traversée, y compris le carburant, l’énergie et le pain, en plus de l’effondrement de la lire, elle n’a pas d’effets catastrophiques sur tous les aspects de la vie en et en a fait une vie durement gagnée.