SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Lahoud à « Sawt Beirut International »: 12% des emprunteurs ont remboursé intégralement leurs prêts

Rania Ghanem
A A A
Imprimer

Le pays traverse la pire et la plus grave crise économique et financière, et les citoyens souffrent d’une baisse sans précédent de leur pouvoir d’achat,par contre une partie des emprunteurs de l’Institution publique du logement rembourse la totalité de leurs crédits immobilier.

Le directeur général de la Société publique du logement, Roni Lahoud, confirme à « Sawt Beirut International » que l’institution a récemment reçu environ neuf mille demandes que ce soit pour payer définitivement les prêts ou pour passer à la deuxième phase du prêt, en notant qu’elle a jusqu’à présent pu régler 3 000 prêts.Il a ajouté: « Le pourcentage de prêts qui ont été remboursés s’élève à environ 12 pour cent du nombre total de prêts accordés par l’intermédiaire de la Société publique pour le logement »,en soulignant qu’un grand pourcentage de personnes qui, dans le passé, étaient incapables de payer ont soudainement eu la capacité de rembourser la totalité du prêt.Il a expliqué qu’il existe divers cas, certains ayant recours à leurs proches à l’étranger pour obtenir le montant requis pour rembourser le prêt, tandis que d’autres ont recours à la vente d’un bien pour le rembourser.

Fermeture des bureaux pour effectuer les transactions

En raison de cette augmentation sans précédent de la demande de remboursement de prêts, la Société Publique de Logement a décidé de fermer ses bureaux et d’arrêter les examens administratifs et financiers du 26 juillet au 9 août pour étudier les milliers de demandes pour le remboursement anticipé des prêts ou pour tout autres raisons.Cet arrêt est dû au fait que l’institution travaille avec la moitié de sa capacité administrative pour plus d’une raison.

Pas de nouveau prêt

En raison de la crise financière et bancaire et du blocus imposé par les banques sur les dépôts et les liquidités à leur disposition, tous les prêts immobiliers ont été suspendus.Dans ce contexte, Lahoud confirme qu’il n’y a pas de nouvelles demandes de crédit logement, en raison de la baisse de la valeur de la monnaie libanaise à des niveaux record, car le montant accordé par les banques à travers l’institution,270 millions de livres libanaises, ne constitue qu’un très faible pourcentage du prix de l’appartement.

Aucune modification de la valeur et des intérêts des prêts

En ce qui concerne la possibilité d’ajuster la valeur des prêts au logement, Lahoud confirme que ce n’est pas du tout possible et le fait d’effectuer les transactions en dollars au lieu de la livre libanaise est illégal.Il a ajouté: »Les rumeurs qui circulent sur l’adoption du prix de 3900 pour un dollar au lieu de 1500 livres, n’est pas évoquées par l’institution et pas permis dans ses lois.

Plan alternatif

Il n’y a aucun signe d’espoir à court terme, mais Lahoud souligne que la Société publique du logement avait préparé un plan qui comprenait plusieurs solutions à la crise actuelle, dont l’augmentation de la valeur des prêts au logement.Il ajoute que le plan a été signé par le ministre des Affaires sociales, Ramzi Musharrafieh, et a été transferé au gouvernement pour approbation, mais qu’il a été interrompu en raison de l’absence d’un gouvernement. Et il a noté que la Fondation coopère avec une équipe française pour mettre en œuvre le plan et le finaliser.