SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

L’argent dans les maisons sera-t-il la solution?

Des sources financières considèrent à travers la « Almarkazia » que le maintien des restrictions sur les retraits pourrait affecter certaines circulaires émises par la Banque du Liban, comme la circulaire 151 qui fixe un nouveau taux de change pour les retraits des dépôts en dollars en livres libanaises.

Le taux de change du dollar pour les retraits a été relevé de 3 900 livres à 8000 L.L., afin de réduire la taille de la masse monétaire et de prévenir l’inflation.

A cette époque, le plafond des retraits mensuels était fixé à un maximum de 3000 dollars par compte, « et ce nombre a été réduit afin d’absorber les liquidités, notamment après la baisse du volume d’utilisation des cartes bancaires, sans recevoir aucune réponse, que ce soit de la Banque du Liban ou les banques ».

Les sources attribuent la réduction continue des retraits des banques à la baisse du quota alloué aux banques de la monnaie libanaise, d’autant plus que certaines banques ont appliqué le contrôle des capitaux avant son approbation par le Parlement.

Elle considère que la réduction continue des retraits conduira à davantage de retraits de fonds des foyers, qui sont estimés à environ 5 milliards de dollars.

Mais cette méthode ne réconfortera pas les déposants, surtout les jeunes, car l’argent dont ils disposent ne suffit pas à leur subsistance, devenue très chère, après la hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires et de restauration, et il est donc censé accélérer les négociations avec le Fonds monétaire international et lancer un plan de relance qui comprend une restructuration du secteur bancaire pour s’appuyer sur la chose est approprié.

    la source :
  • Almarkazia