SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

L’association des déposants: la circulaire 158 est un contrôle des capitaux « bancaire » !

L’Association des déposants s’est adressée à l’Association des banques au Liban avec une déclaration indiquant que :

« Alors que nous entrons dans le mois de juillet 2021, et que vous êtes sur le point de lancer l’application de la circulaire n° 158, qui est censée permettre aux déposants ayant des comptes en devises de retirer 400 $ en espèces et 400 $ en livres libanaises, selon le taux de change. de la plateforme « échange » fixé à 12.000 livres libanaises, afin que la moitié du montant puisse être retirée. Les espèces et l’autre moitié sur une carte ne sont plus acceptées comme moyen de paiement dans la plupart des magasins et entreprises.
A condition que cela se fasse par l’ouverture d’un « compte spécial » pour les déposants qui décident de se soumettre aux dispositions de la présente circulaire. »

Elle a ajouté : « Vous exercez un contrôle illégal des capitaux « bancaires » sur les dépôts et une décote sur leur valeur ; La première est de limiter les retraits de comptes et d’imposer des montants déjà insuffisants, et la seconde de faire perdre au moins 40 % aux déposants en leur donnant une petite partie de leur épargne-vie à un taux de change artificiel qui s’ajoute à l’hyperinflation, qui gaspille les économies et l’argent des gens. »

Elle a rappelé aux membres de l’association que les déposants avaient tenu leurs comptes en devises étrangères en raison de leur manque de confiance dans la monnaie locale et des décideurs politiques corrompus, malgré les fausses assurances pratiquées par la Banque du Liban en coopération avec les banques que vous représentez, qui trompé les gens pendant des décennies.

Et elle a continué, après le grand échec, nous demandons ce qui suit :

Premièrement : Ne pas présenter des contrats qui s’apparentent à la soumission de contrats aux déposants et leur demander de les signer dans des délais courts avant même qu’ils puissent les lire et les présenter à des juristes, et cesser d’imposer des conditions impossibles.

Deuxièmement : Permettre à tous les déposants, sans discrimination entre eux ou entre leurs comptes, de retirer de leurs dépôts dans la devise dans laquelle ils ont été déposés et sans aucune condition ni restriction.

Troisièmement : ne pas ouvrir de nouveaux comptes annexes avec des conditions nouvelles et arbitraires.

Quatrièmement : Ne pas ajouter de commissions aux retraits sous des prétextes différents et irréels.

Cinquièmement : Ne pas fermer les comptes bancaires des déposants, ce qui conduit fortement à l’exclusion financière d’une grande partie d’entre eux.

Sixièmement : S’abstenir d’exercer un pouvoir discrétionnaire à l’égard des déposants et respecter la loi monétaire et du crédit et la loi des obligations et des contrats en matière de contrats de dépôt et de réglementation bancaire.