SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

L’audit juri-comptable de la Banque du Liban progresse rapidement

Dans toute la mesure du possible, la Banque du Liban, et en particulier son gouverneur, Riad Salameh, coopère avec la société « Alvarez & Marcel » dans le cadre de l’audit juri-comptable de la Banque Centrale, après avoir donné des réponses à ses questions, et s’est déclarée prête à répondre à toute question posée par la société susmentionnée dans le cadre légal et de la loi monétaire et de crédit, si cela ce qu’il a obtenu jusqu’à présent n’est pas suffisant.

Des sources bancaires bien informées attribuent à « Al Markazia » les raisons de la coopération avec la société « Alvarez& Marcel » à un certain nombre de raisons qu’elles résument comme suit :

1- L’insistance de la Banque du Liban et du gouverneur Salameh sur l’exactitude des chiffres qu’elle possède, avec la preuve que les négociations avec le Fonds monétaire international porteront sur des chiffres unifiés pour les pertes.

2- La nécessité d’accélérer la résolution de ce dossier vital, car la poursuite des interactions affecte négativement les conditions de la Banque Centrale, qui a besoin de calme pour achever les opérations financières et bancaires, et qu’un rapport préliminaire sera émis par la société susmentionnée à la fin de cette année, alors qu’elle s’apprête à faire venir ses experts et ses auditeurs pour qu’en 12 semaines elle puisse préparer Ce rapport concerne les opérations bancaires de la banque centrale et les chiffres financiers liés aux pertes.

3- L’accélération du processus d’audit après la levée du secret bancaire jusqu’à la fin de l’année en cours.

4- L’accompagnement politique et financier du processus d’audit juri-comptable à la Banque du Liban, notamment de la part du Président de la République, le Général Michel Aoun, qui veut réaliser une réforme majeure dans ce dossier après l’avoir suivi dans ses détails et avoir levé un grand nombre d’obstacles auxquels il était confronté, dont le plus important était la levée du secret bancaire sur les comptes et les opérations bancaires, en plus du soutien financier. Le ministre des Finances, Youssef Khalil, qui connaît bien les conditions de la Banque du Liban, a également déclaré : « Nous sommes très satisfaits de la réforme de la Banque du Liban. »

Des sources bancaires considèrent que ce qui s’est passé jusqu’à présent dans ce dossier est bon, malgré le retard pris ces derniers mois, et que ses signes apparaîtront avant la fin de l’année en cours, soulignant que l’achèvement des dossiers de la Banque du Liban sera suivi par l’ouverture de dossiers dans les ministères essentiels.

    la source :
  • Almarkazia