SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 23 October 2021, Saturday |

L’Avancement dans le dossier de formation du gouvernement…!

Des personnes bien informées parlaient, il y a quelques jours, d’une grande agacement de la part du groupe d’Aoun face à l’utilisation du pôle Tripolitaine par l’administration française pour faire pression sur la Présidence de la République pour faciliter les questions de composition.

La situation semblait donc difficile, face à une impasse.

Il semble que l’insistance de Salameh à arrêter l’ouverture de crédits pour les matériaux que la Banque du Liban parrainait pour soutenir, a remué l’eau stagnante. Par conséquent, l’atmosphère de paternité est devenue plus douce et plus apte à une traduction opérationnelle.

Très probablement, le groupe Aoun a senti le danger de la décision du « dirigeant », qui pourrait faire exploser toute la situation.

Très probablement, la colère du peuple et le ressentiment de la rue peuvent se concentrer sur la Présidence de la République, qui est accusée de n’être « pas d’accord avec Hariri, ni avec Mikati d’accord ».

Il porte toute la responsabilité de la perturbation, et donc du volcan populaire.

Le journal « Nidaa Al-Watan » a indiqué que du coup le ministère de l’Intérieur n’était plus une exigence « existentielle » pour le groupe Aoun.

Les droits et l’avenir des chrétiens ne dépendent plus de la « construction artisanale » et avec elle de la décision de rotation, et il devient possible de rechercher des formules consensuelles pouvant contribuer à la naissance du gouvernement.

C’est du moins ce que tente d’enterrer le Premier ministre désigné, pour fixer des dates proches de la possibilité de la mise en place du gouvernement.

Bien que certaines de ses connaissances affirment que cette atmosphère positive n’est destinée qu’à gagner du temps, car le contrat pour former le gouvernement est toujours en place, et peut rendre le processus de naissance du gouvernement très difficile.

Ils soulignent que passer à l’étape de l’abandon des noms révélerait la réalité des complications du gouvernement, surtout si des noms provocateurs étaient avancés, comme ceux présentés dans les étapes précédentes !