SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

Le chef du Parti national libéral à « Sawt Beirut International » : Nous sommes avec un gouvernement de pôles de l’opposition

Il est évident de dire que la scène gouvernementale qui, après neuf mois, a conduit à l’avortement du fœtus difforme que représentait le quota ministériel, alors que l’effondrement économique et social atteignait son paroxysme, a éclipsé de nombreux dossiers, notamment celui de l’explosion du port, qui a été bouleversé par la décision des commissions mixtes de ne pas lever les immunités des ministres accusés de L’enquêteur judiciaire dans cette affaire le juge Tariq Al-Bitar.

Après l’escalade des familles des victimes devant les domiciles des responsables, notamment du ministre de l’Intérieur, Muhammad Fahmy, le choc du retour au point zéro du dossier gouvernemental a détourné l’attention de ce dossier, même pour un temps.

La plupart des forces politiques insistent sur la levée de l’immunité en vue de l’achèvement du « Puzzle » du tableau du grand désastre qui a détruit une grande partie de la capitale… « Sawt Beirut International » a interviewé le chef du Parti national libéral Camille Dory Chamoun, qui s’était exprimé auparavant dans un tweet sur « Twitter ». Dans lequel il critiquait le ministre de l’Intérieur pour ne pas avoir donné l’autorisation de poursuivre le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, où il le dirigeait en disant : « Nous ne reculerons pas pour essayer de vous faire tomber, vous et tout le système. »

Quelles sont les démarches entreprises par son parti? Chamoun a considéré qu’ils cherchent avec de nombreuses parties à pousser à la fin des enquêtes dans ce dossier selon la voie tracée par le juge, et ils ont tenu plusieurs réunions pour unifier les efforts avec le « Parti Kataeb Libanais », où il y avait une convergence dans de nombreux points, ainsi que le cas avec les groupes souverains de la révolution et la « Réunion de Sayidat Al Jabal », »le Bloc National » et bien sûr le mouvement de Bkerké et ils attendent la réponse des autres parties, notamment les « Forces libanaises », à condition qu’il y ait des mesures pratiques qui contribuent à faire pression pour lever les immunités afin de compléter l’enquête et de connaître la vérité de cette explosion à travers une pétition signée par un certain nombre de députés pour soumettre un appel sur la question du refus de lever l’immunité des accusés.

Sur la question gouvernementale, Chamoun a considéré que le renoncement de Hariri à la formation du gouvernement était attendu, soulignant que les mouvements qui ont eu lieu dans la rue après le renoncement sont normaux avec une hausse du dollar, qui peut atteindre des niveaux plus élevés, soulignant que les choses sont destinées à l’escalade et aux troubles de la sécurité, il est donc nécessaire que les forces de sécurité soient prêtes à contrôler complètement la situation, qui risque de s’envenimer, d’autant plus que la situation du gouvernement connaîtra des hauts et des bas pendant deux mois, soulignant qu’en tant que parti, ils appellent à un gouvernement de pôles issu des entrailles de l’opposition, et dont la priorité absolue est de mettre en œuvre les exigences de la communauté internationale pour relancer l’économie libanaise et sortir le Liban et son peuple de « l’enfer » qui le vit.

Chamoun a ajouté que l’effondrement économique s’est produit et que la détérioration des conditions de vie est devenue tangible, soulignant que l’aide fournie par les expatriés à leurs proches et à leurs familles leur permet de continuer à vivre au minimum, mais qu’elle ne contribuera pas à sauver l’économie mais plutôt à répondre aux besoins de base.