SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Le conseiller de Joumblatt: Le partenariat au Liban est difficile

Le conseiller du président du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, Rami al-Rayyis, a déclaré que sur la base du fait que le retrait du mandat du Premier ministre Hariri n’est pas possible constitutionnellement et politiquement, et que le président de la République achèvera son mandat jusqu’au dernier quart de son mandat, la tentative de Walid Joumblatt est venue de parvenir à un règlement en se tenant au-dessus des formalités. Liée à la formation du gouvernement, et donc à aller vers ce qui peut être sauvé après l’énorme détérioration à tous les niveaux Cependant, les forces concernées par la formation du gouvernement n’ont pas reçu l’importance des efforts choisis comme on le supposait, nous sommes donc arrivés à une impasse. Au contraire, les choses se sont déroulées après la visite du ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves. à plus de complications.

En ce qui concerne la confirmation des expériences précédentes selon lesquelles les gouvernements des colonies sont voués à l’échec, Rayyes a souligné dans une déclaration à Al-Anbaa que les gouvernements non-coloniaux étaient également des échecs et n’atteignaient nulle part, comme en témoigne le fait que le gouvernement de Prime Le Ministre Diab, qui aurait été d’une seule couleur, n’a pas réussi. Considérant que le partenariat au Liban est difficile, mais qu’il lie toutes les parties, et que les tentatives de créer de nouvelles normes sont donc inutiles, car il est impératif de trouver des solutions qui sortent la formation gouvernementale du goulot d’étranglement, d’autant plus que le peuple libanais ne se soucie plus de la question des quotas ministériels, autant qu’il se soucie de la sécurisation d’un sommet Vivez dans et hors du tunnel sombre.

En conséquence, Al-Rayyes a souligné que nous sommes actuellement confrontés à une impasse, et que la situation est extrêmement difficile et complexe, notant que Joumblatt a appelé à plusieurs reprises pour saisir l’initiative française, et ne pas manquer l’occasion pour un grand pays comme la France de se présenter. par le Liban, et son plein intérêt à le sortir des crises économiques et monétaires, mais son appel Celles-ci ne sont pas tombées dans l’oreille attentive, et il nous reste à attendre les résultats et à apprécier les effets de l’échec jusqu’à présent dans la formation le gouvernement, en espérant que ces effets stimuleront les forces qui s’obstinent encore dans leurs positions politiques, et donc nous irons former un gouvernement après un examen complet de la situation difficile.

Concernant la lecture de Joumblatt des transformations en cours dans la région, et la possibilité qu’elles reflètent positivement ou négativement la crise de la formation du gouvernement, Rayyes a conclu: «Il ne fait aucun doute que la région régionale est témoin de nouvelles étapes, mais cela ne veut pas dire excessif, ni optimisme ni pessimisme. « Que le tableau se cristallise, que ses couleurs deviennent claires sur les différentes arènes et sur la situation de la région dans son ensemble, et que tout ce qui entre dans le domaine de la consolidation de la stabilité et la réduction des tensions régionales est censée être capturée avec une positivité totale. «