SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Le conseiller de Khamenei menace Israël: Nous répondrons si vous frappez le navire libanais

Bien que le navire, il n’a pas encore navigué d’Iran vers le Liban.

Aujourd’hui, mercredi, le conseiller du guide iranien pour les affaires internationales, Ali Velayati, a menacé Israël de frapper le navire.

Il a déclaré, selon ce qui a été rapporté par l’agence locale Tasnim, que toute action, par Israël, contre le navire-citerne, à destination du Liban, serait traitée d’une manière sans précédent, sans donner plus de détails.

Il a également considéré que les menaces d’Israël d’arrêter le navire-citerne étaient « malheureuses ».

Il a souligné que l’approvisionnement de son pays en carburant au Liban est une « étape positive ».

« Le navire n’a pas encore navigué »

Cependant, le site Web Tanker Trackers, spécialisé dans le suivi des navires, a clairement indiqué plus tôt dans la journée que ces navires, qui doivent transporter du pétrole vers le Liban, n’ont pas encore quitté l’Iran.

Il a également expliqué qu’il y a un pétrolier chargé de carburant destiné au réseau électrique, tandis qu’un autre pétrolier n’est toujours pas chargé, avec ce qui devrait être du « mazout ».

Les déclarations de Nasrallah

Hassan Nasrallah était le chef du Hezbollah soutenu par l’Iran.

Il a répété plus d’une fois, au cours des derniers jours, que des navires chargés de carburant et de diesel sont partis d’Iran, avec l’intention d’arriver bientôt au Liban.

Pendant ce temps, plus d’un fonctionnaire actuel et ancien a critiqué ces déclarations.

Considérant qu’il met en cause le pays et son intervention dans le cycle des sanctions américaines imposées à Téhéran, qu’il ne supporte pas dans la conjoncture économique actuelle, ni de près ni de loin.

Le Liban souffre depuis des mois, d’une grave pénurie de carburant, qui a affecté le travail de plusieurs secteurs vitaux.

Pendant ce temps, les trafiquants du marché noir et les contrebandiers ont été actifs à grande échelle dans tout le pays, espérant les vendre à des prix bien supérieurs au prix officiel, ou les faire passer en Syrie.

    la source :
  • alarabiya