SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Le Département d’Etat américain : Nous travaillons à résoudre les différends dans le dossier de la démarcation

Avec le retour de la « complexité » dans le dossier de la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et Israël, dont les négociations ont été menées par le coordinateur spécial du président américain, Amos Hochstein, le Département d’Etat américain a déclaré dans une lettre en réponse à une question à « Asharq Al-Awsat » qu’il « travaille à résoudre les différences qui ont surgi. » Son porte-parole, Ned Price, a ajouté dans la lettre que Hochstein est en contact avec les deux parties et qu’il s’efforce de résoudre les différences en suspens alors que les négociations entrent dans leur phase finale. Price a souligné que les États-Unis restent engagés dans la recherche d’une solution et qu’ils sont convaincus qu’ « un accord durable est possible et à portée de main. »

Alors que l’atmosphère d’optimisme qui régnait ces derniers jours semble avoir subi un recul relatif, les « complications » sont considérées comme une tentative de dissimuler, du moins du côté libanais, les concessions qu’il a faites, notamment sur les obligations liées aux revenus qui seront versés à Israël à partir du champ de Qana. Ce qui établit pratiquement un « partenariat » économique entre les deux pays.

Dans une interview accordée à Asharq Al-Awsat, Hanin Ghaddar, chercheuse au Washington Institute for Near East Studies, a déclaré que l’accord était sur le point d’être conclu, malgré la possibilité de retard ou de complexité. Les deux parties veulent l’accord dans un sens ou dans l’autre, et elles trouveront un terrain d’entente. Elle a ajouté que le « Hezbollah » essaiera certainement de le présenter comme une victoire pour légitimer ses armes et l’investir dans la politique interne libanaise, notamment dans les élections présidentielles et la formation du gouvernement, malgré la difficulté de la chose, mais il pourrait y parvenir.

Elle a déclaré que tout ce que nous voulons savoir, c’est le moment de la conclusion de cet accord, « avant ou après le départ du président Aoun du palais ». Cependant, la position interne libanaise n’est pas en faveur du Hezbollah, car tout le monde pense que le Liban a fait des concessions importantes, comme accepter d’accorder à Israël une compensation pour Qana (indirectement), et beaucoup critiquent le manque de transparence. Bien que ce qui s’est passé ne soit pas une « normalisation » complète, c’est un « partenariat économique entre le Liban et Israël », et cela affaiblira le discours de la guerre et de la résistance, car le Hezbollah et Israël auront moins envie de combattre.

    la source :
  • Asharq Al-Awsat