SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Le FMI: Le retard ne sera pas dans l’intérêt des Libanais

Le président de la République, le général Michel Aoun, a informé la délégation du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Ernesto Rigo Ramirez, qui l’a reçu cet après-midi au palais de Baabda, que « le Liban n’a aucun intérêt à retarder l’achèvement du plan de redressement financier et économique, ce qui exige des autorités officielles concernées par la préparation de ce plan d’accélérer la mise en œuvre de ses travaux car tout retard ne sera pas dans l’intérêt du Liban, en particulier du secteur financier et bancaire. »

Le Président Aoun a affirmé devant la délégation que « les réformes demandées par la communauté internationale, tant au niveau de la réforme du système fiscal pour qu’il soit plus juste et efficace, de la gouvernance, du système bancaire, que des lois et règlements qui encadrent le travail de la Banque du Liban, de la Commission de contrôle des banques, de la Commission d’enquête spéciale et des marchés financiers, nécessitent des décisions claires et pratiques car l’option d’attendre est coûteuse pour le citoyen comme pour l’Etat. »

Il a souligné que « la communauté internationale demande clairement qu’il y ait une crédibilité dans le travail des différentes institutions libanaises, ainsi que l’adoption rapide du projet de loi de finances 2022. »

Et la délégation du Fonds monétaire international avait confirmé que « les contacts pris par le gouvernement doivent encore s’accélérer pour atteindre les résultats pratiques imposés par la précision de la situation économique du pays, et de dire franchement aux Libanais que tout retard ne sera pas dans leur intérêt, sachant que ce qui est requis à ce stade est l’adoption d’un plan économique global et une coopération entre le Parlement et le gouvernement pour adopter des lois de réforme ».

La délégation a souligné que « les citoyens doivent être informés de la réalité des pertes du système financier libanais, en particulier du déficit des comptes de la Banque du Liban. »