SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Le général de brigade Yaarb Sakher à « Sawt Beirut International »: les images russes peuvent être trompeuses pour l’enquête

Plus d’un an après l’explosion du port de Beyrouth, les autorités russes ont décidé de présenter les images satellites qu’elles possédaient aux satellites de l’Agence spatiale russe (Roscosmos).Le chef de l’agence, Dmitri Rogozine, avait annoncé le 17/11-2021 qu’ils remettraient au Liban les images satellites en leur possession au port de Beyrouth, qui sont très détaillées en réponse à la demande de la direction libanaise.Le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, l’a reçu de son homologue russe, Sergueï Lavrov, mais il est à noter que les photos n’incluaient pas le jour de l’explosion.

Pour déterminer le contexte de cette démarche, si elle constituerait une valeur ajoutée aux conclusions du juge d’instruction judiciaire, Tarek Al-Bitar, Sawt Beirut International a interrogé le général de brigade à la retraite Yaarb Sakher.Il a estimé qu’à travers un examen préliminaire de cette étape, il la considère comme suspecte, politique et non judiciaire, à commencer par le timing, qui est arrivé environ 16 mois en retard après l’explosion.C’est pourquoi il se demande de la raison de l’initiative de la Russie, surtout après ce qui s’est passé lors des travaux du juge Al-Bitar, qui avait commencé à aboutir des fins et à « coincer » des partis,ce qui leur a fait relever le plafond: éloignez le Bitar ou un nouveau 7 mai. Il ne faut pas oublier comment plusieurs tentatives ont été faites pour « éloigne Bitar » par des moyens diplomatiques, accompagnées de menaces.Et quand cela n’a pas abouti, ils l’ont transféré sur le terrain à travers les événements de Tayouneh, qui ont tous abouti à une impasse et ainsi ils ont continué leurs méthodes pour détourner l’enquête de ses objectifs, qui a presque atteint le point de la possibilité de émettre un acte d’accusation.

Le général de brigade Sakher a poursuivi: « La remise par les Russes d’images satellites avant et après l’explosion soulève de nombreuses questions car l’importance réside dans les images prises le jour de l’explosion, et cela s’applique à tous les pays, d’autant plus qu’il y a des dizaines et des des centaines de satellites dans les airs. »

Le général de brigade Sakher a estimé que la Russie s’est mis en position de suspicion,et la question qui se pose est si cette démarche consiste à trouver une issue politique pour « diluer » l’enquête et reprendre le travail du gouvernement, notamment avec les prochaines élections législatives, si elles auront lieu, renvoyant ainsi l’enquête sur le explosion au point zéro.

D’autre part, Sakher a souligné que la démarche russe, en particulier les propos du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov concernant le contenu des images avant et après l’explosion, peut avoir deux dimensions différentes selon les circonstances de l’intérêt russe en mouvement.Cela peut-être pour mettre fin les Iraniens parce qu’ils ont dépassé le rôle assigné en Syrie ou, au contraire, c’est peut-être pour les aider avec une période morale et politique spécifique… La réponse à cela est par déterminer le point de vue russe envers ces partis. Si elle les considérez comme des alliés, ces images seront trompeuses pour l’enquête.

Il considérait que rien d’autre que l’enquête internationale n’en bénéficierait, et ici tous les pays et la Russie fournissent les images car il n’y a pas de confiance internationale dans l’autorité libanaise.

Le général de brigade Yaarb Sakher a conclu en disant: « les Israéliens les battent tous les jours, les Américains les giflent matin et soir, et les Russes les appellent et ferment les yeux sur leurs coups, et ils ne font que calomnier le voisin et le peuple de la maison. »

    la source :
  • Sawt Beirut International