SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 October 2022, Saturday |

Le Guelt: Nous travaillons durablement pour faire du Liban une position importante dans notre préoccupations

Le Président de la République, le général Michel Aoun, a reçu, avant midi au palais de Baabda,le sénateur français Ronan Le Guelt accompagné de conseillers français à l’étranger au Liban et en Syrie Lukas Lamah.

Le sénateur Le Guelt a transmis au Président Aoun les salutations et les vœux chaleureux du Président du Sénat Français, Gérard Larché, à l’aube de la nouvelle année, et sa volonté constante de renforcer les liens d’amitié entre la France et le Liban dans divers domaines, ainsi qu’une copie de son discours en novembre dernier au Sénat, dans lequel il espérait un dialogue interne libano-libanais sur les défis de la souveraineté.

Après la réunion, le sénateur Le Guelt a fait la déclaration suivante aux journalistes :
« Aujourd’hui, en tant que sénateur Français représentant les Français vivant hors de France, j’ai eu l’honneur de rencontrer Son Excellence le Président Michel Aoun, ce qui est une grande fierté pour moi, car le Liban est unique et exemplaire au regard des relations que la France peut établir avec d’autres pays. « Par conséquent, tout notre travail, tant à la Chambre des représentants qu’au Sénat en général, et ce que je fais en particulier au sein du Comité sénatorial des relations étrangères, de la défense et des forces militaires, souligne durablement que le Liban occupe une place unique, distinctive et importante dans nos préoccupations. »

Il a ajouté : « D’autre part, je suis sénateur, et je représente les français vivant hors de France, c’est-à-dire dans le monde entier. Au Liban, il y a environ 20 000 Français personnes qui forment une communauté très importante et forte.Les relations libano-libanaises sont personnelles et uniques, c’est pourquoi cette rencontre avec Son Excellence le Président a été d’une grande importance pour le Sénat Français.

Interrogé sur le discours du président Larchie, il a répondu : « Vous savez à quel point le président Larchie est attaché au Liban et à la profondeur de son amour pour ce pays. Tout au long de sa vie, et dans tous les lieux où il a travaillé, il a concentré ses intérêts sur le fait que les relations franco-libanaises sont profondes, privées et vivantes, et que l’amitié franco-libanaise peut se poursuivre. Il continue dans cette ligne. Je remercie le Président de la République de me l’avoir rappelé, notamment en ce qui concerne la profondeur de ses relations avec le Président Larchie, d’autant plus qu’il a vécu une partie de sa vie en France, qu’il connaît étonnamment bien, dont nous avons parlé. Dans ce contexte, le président Larchier espère tenir une conférence libano-libanaise sur les défis de la souveraineté.»

Interrogé sur l’importance de l’année électorale actuelle de la France, qui culminera avec l’élection d’un nouveau président et qu’en est-il de la période post-électorale, il a répondu: « La France décidera en avril de son sort pour les années à venir, à travers les élections présidentielles. Ce que je peux vous dire de mon Parti républicain, notre candidate à cette élection, Valérie Beckers, a également œuvré pour renforcer l’amitié entre la France et le Liban, de manière vivante, en tant que ministre et présidente de la région Ile-de-France. Si elle est élue présidente de la République Française, je peux confirmer que les liens forts entre la France et le Liban doubleront la fermeté de Beckeris. Il n’y aura aucun doute sur la profondeur des relations franco-libanaises à l’avenir. »